Darwin et la sélection naturelle

11.02.17

Science ClubImprimer cet article

 

Charles Darwin

Charles Darwin est né le 12 février en Angleterre.  Hie studéiert Medezin a Religiounswëssenschaften. Donieft interesséiert hie sech enorm fir Zoologie, Botanik a Geologie an eegent sech iwwert d’Joeren grouss Kenntnisser an dëse Beräicher un.

L'expédition avec le MS Beagle

Le 27 décembre 1831, Darwin participe à une expédition à travers le monde pour étudier et cataloguer les animaux et les plantes. Grâce à ce voyage spectaculaire de 5 ans à bord du navire MS Beagle, Darwin a un aperçu approfondi de la diversité des espèces sur notre terre. La question qui le préoccupe le plus est celle de l'origine de cette diversité des espèces. A cette époque, la conception dominante était que Dieu avait créé tous les êtres sur terre, mais cette explication ne suffisait pas à Darwin.

La théorie de l'évolution naturelle

Darwin élabore donc sa propre théorie : la théorie de l'évolution.

Cette théorie part de l'idée que toute espèce produit plus de descendants qu'il n'y a de ressources (nourriture et espace vital). Ainsi, tous les descendants ne peuvent pas survivre jusqu'au moment où ils seront en mesure de se reproduire. Les descendants ne sont cependant pas tous identiques, mais légèrement différents. Dans cette lutte pour les ressources, qui sont donc limitées, seules les variétés ayant un léger avantage survivent ; les autres disparaissent. Darwin compare cette sélection naturelle à la sélection artificielle que font les paysans en ne choisissant que les meilleures semences des meilleurs fruits pour commencer une nouvelle culture. Il en déduit que toutes les espèces (y compris l'homme) descendent d'un seul ancêtre. D'autres scientifiques avant Darwin avaient déjà admis que les espèces évoluent au fil du temps.

L'exemple de la girafe et de son long cou

Les girafes vivent dans la Savane et se nourrissent principalement des feuilles poussant sur les arbres. Si, sur une génération de girafes, quelques-unes ont un cou plus long, ces dernières ont un avantage par rapport aux autres. Car ainsi elles peuvent atteindre les feuilles se trouvant plus haut dans les arbres. Ceci est particulièrement important, si toutes les feuilles en bas ont déjà été mangées : les girafes au petit cou meurent de faim, celles au cou long survivent et peuvent se reproduire. Lors de la prochaine génération, il y aura donc plus de girafes qui auront hérité du « long cou » de leurs parents... Et ceci a continué pendant des millions d'années : ce sont toujours les girafes au cou long qui se sont imposées et qui ont gagné la « bataille de la survie ». Et c'est ainsi qu'aujourd'hui, les girafes ont un cou long de 2 à 3 mètres (7 vertèbres de chacune 40 cm).

 

Cet article été publié dans le Science News 03/2009.

Egalement dans cette rubrique

Quizz sur la nutrition de Torsten Bohn : La consommation de viande augmente-t-elle le risque de diabète ou de maladie cardiovasculaire ?

14.03.17 S’agissant de la saucisse – la consommation de viande transformée est-elle nocive ?> Lire l'article complet

Journée internationale de la femme 2017 : les derniers chiffres et faits sur la parité dans la recherche au Luxembourg.

08.03.17 Environ un chercheur sur 4 au Luxembourg est une femme – plaçant le pays en dessous de la moyenne européenne de 1 sur 3. > Lire l'article complet

Quizz sur la nutrition de Torsten Bohn : Les oméga 3 réduisent-ils le risque de maladies chroniques ?

07.03.17 Les acides gras oméga 3 sont présents dans l’huile de poisson et les graisses végétales et sont considérés comme sains car ils ont un effet anti-inflammatoi...> Lire l'article complet

Quizz sur la nutrition de Torsten Bohn : Le sel est-il mauvais pour la santé ?

28.02.17 Le sel – or ou poison blanc ? L’excès de sel de table est-il mauvais pour la santé ? Et quelle quantité constitue un excès ? > Lire l'article complet

Quizz sur la nutrition de Torsten Bohn : vivre plus longtemps en buvant 1 à 2 verres d'alcool par jour ?

21.02.17 La consommation de 1 à 2 verres d'alcool par jour permet-elle de réduire la mortalité globale ? > Lire l'article complet

Infobox

Le magazine Science News

Cet article a été publié dans le Science News. C'est un magazine qui est destiné aux jeunes âgés de 11 à 18 ans et qui apparaît 5 fois par an.


Sur le même sujet