(C) shotshop

Les personnes ayant souffert d’un accident vasculaire cérébral (AVC) et vivant chez eux ont en général un risque plus élevé de dépression. Selon de nouvelles recherches, un manque d’informations préoccuperait particulièrement les patients et contribuerait à leur dépression.

Voilà le résultat d’une étude réalisée par des sociologues de la santé de l’Université du Luxembourg. Une dépression peut amplifier les problèmes existants, telles qu’une mobilité réduite ou des facultés cognitives amoindries et endommager les capacités de rétablissement.

Risque de dépression particulièrement élevé pour les personnes ayant souffert d’un AVC

« Les symptômes dépressifs sont connus pour réduire les capacités physiques, mentales et sociales et pour augmenter les risques d’handicaps et de mortalité prématurée », remarque Michèle Baumann, professeure de sociologie de la santé à l’Université du Luxembourg. Les risques seraient particulièrement élevés pour les personnes victimes de la survenue d’un AVC sans support familial ou sans aide de la part des services sociaux.

Les patients sont inquiets quant aux changements éventuels de leur santé

Le projet de recherche, financé par le Fonds National de la Recherche Luxembourg, a montré qu’un manque d’information était souvent une préoccupation majeure des personnes concernées. Les patients sont inquiets quant aux changements éventuels de leur état de santé et aux conséquences que cela va avoir sur leur vie dans les mois et années à venir.

Beaucoup se demandent s’ils peuvent faire confiance aux informations qu’ils reçoivent de part et d’autres. Un manque de coordination entre les services a aussi été cité comme source de préoccupation et vu les divers scénarios possibles, beaucoup de patients déclaraient ne pas savoir à quelle aide ils pourraient avoir droit.

Utiliser les résultats pour concevoir des programmes d’aide plus efficaces

Selon l’étude, les personnes les plus vulnérables face à une dépression sont celles à faible revenu et/ou de niveau d’éducation peu élevé. En revanche, celles ayant réussi à continuer à travailler présentaient une meilleure santé mentale. Les symptômes de dépression relevés comprenaient les troubles émotionnels, le manque de sommeil, les problèmes de communication, la douleur et la fatigue.     

Les données ont été recueillies auprès de 94 patients âgés d’environ 65 ans résident au Grand-Duché de Luxembourg, vivant à leur domicile deux ans après la survenue d’un AVC. Des chercheurs sont allés chez eux pour les interviewer sur leur santé physique et mentale ainsi que sur leurs besoins sociaux et en matière de soins.

« La régulière mesure de la qualité de vie, du rétablissement du patient, de ses besoins en information et en soutien socio-sanitaire permet d’identifier des situations pouvant nécessiter des interventions », ajoute Michèle Baumann. Cette recherche pourrait ainsi aider les professionnels de la santé à concevoir des programmes d’aides plus efficaces.

Auteur : University of Luxembourg
Photo © shotshop.com

 

Infobox

Publication

 

L’article scientifique “Associations between quality of life and socioeconomic factors, functional impairments and dissatisfaction with received information and home-care services among survivors living at home two years after stroke onset” tel que publié dans “BMC Neurology 2014” peut être consulté en intégralité ici.

 

État des lieux scientifique Quels sont les effets sanitaires et sociaux du cannabis récréatif?

Nous résumons ce que sait la science sur l’impact du cannabis psychoactif sur le bien-être physique, mental et social de...

FNR
Stroke and language How listening to a story can help us diagnose a language disorder

A Luxembourgish PhD student at KU Leuven summarises her research project in a 2-minute video.

Médecine L’hypnose en milieu médical, pour quoi et quelle efficacité ?

L’hypnose est de plus en plus souvent utilisée pour atténuer p.ex. la douleur. Mais, le public est divisé quant à son ef...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Santé mentale Impact de l'adversité en début de vie sur la santé mentale plus tard dans la vie

De nouvelles connaissances sur les effets à long terme d’une séparation des parents ou d’une adoption sur la santé mentale soulignent qu'il faut offrir un soutien aux enfants concernés.

Projet COVID-Kids La satisfaction de vie et le bien-être des enfants à l’épreuve de la pandémie

Les enfants et adolescents sont durement touchés par les changements liés à la pandémie du coronavirus. Le projet COVID-Kids s’est intéressé aux conséquences de la première vague sur eux.

FNR Awards 2020 Pour des vidéos sur la mise en œuvre de l’éducation plurilingue pour jeunes enfants

Claudine Kirsch et Simone Mortini de l'Université du Luxembourg reçoivent un prix pour une innovation basée sur une recherche exceptionnelle.

psychologische auswirkungen
Etude COVID-19 Quels sont les effets psychologiques du « social distancing » ?

Participez à cette étude et aidez les chercheurs à mieux comprendre l'impact de la crise corona sur la psyché de la population au Luxembourg et dans les pays voisins.