(C) LNS

Le LNS travaille dans les six domaines sur des questions très différentes, dont certaines sont en partie interdisciplinaires.

Le laboratoire couvre six domaines : pathologie moléculaire, génétique, biochimie clinique, microbiologie, médecine légale et protection de la santé. En plus des projets de recherche sur des sujets tels que la pollution de l’eau et la consommation de drogues, il offre divers services. Par exemple, le LNS effectue des analyses de sang et a mis sur pied l’umedo, un centre de documentation médico-légale pour le constat des blessures dans le cadre d’une éventuelle poursuite judiciaire ultérieure. Grâce à cette structure, les victimes de violence peuvent établir le constat des violences subies.

L’expertise scientifique du LNS se situe dans le domaine de l’oncologie et de la toxicologie, ainsi que dans les maladies infectieuses, les maladies métaboliques et les maladies génétiques. Le LNS est également responsable du contrôle national des médicaments et de la surveillance des aliments, ainsi que de leurs effets biologiques et environnementaux sur la santé.

Le LNS travaille dans les six domaines sur des questions très différentes, dont certaines sont en partie interdisciplinaires.

  • En pathologie moléculaire, des milliers d’échantillons de tissus sont examinés chaque année pour le cancer et d’autres troubles.
  • Le département de génétique se charge du diagnostic des maladies, y compris des cancers génétiques. Même les maladies rares sont souvent d’origine génétique et nécessitent un conseil génétique, par exemple en matière de planification familiale.
  • En biochimie clinique, des examens prénataux et néonataux sont effectués.
  • Les maladies infectieuses et la résistance aux médicaments des agents pathogènes sont étudiées en microbiologie.
  • La médecine légale procède principalement à l’examen des corps et est responsable des analyses médico-légales. La détection de l’abus de drogues et l’évaluation des médicaments relèvent également de la médecine légale.
  • Dans le domaine de la protection de la santé, on vérifie que les aliments et les objets d’usage courant ne sont pas contaminés, ainsi que l’absence de substances nocives dans les immeubles d’habitation et de bureaux.
  • Nom : Laboratoire national de santé (LNS)
  • Année de fondation : 2012
  • Organisme : Ministère de la santé
  • Raison sociale : Organisation de droit privé
  • Directeur : Prof. Dr. Friedrich Mühlschlegel
  • Adresse : L-3555 Dudelange, 1, rue Louis Rech
  • Objectif : Recherche en santé, services de médecine humaine
  • Sujets principaux : Pathologie moléculaire, génétique, biochimie clinique, microbiologie, médecine légale et protection de la santé.
  • Site Web : https://lns.lu/en/

Quelle est la mission du LNS ?

Le LNS allie connaissances spécialisées et expertise scientifique en médecine humaine. Il offre des services et effectue des recherches sur des sujets d’intérêt national. Les services du LNS comprennent des analyses de sang et d’urine ainsi que l’analyse d’échantillons de tissus. Des projets de recherche sont menés dans des domaines tels que la consommation de drogues dans les festivals, la culture du chanvre et du cannabis au Luxembourg, la pollution de l’eau par les drogues ou l’influence de la vaccination par les papillomavirus sur le développement du cancer du col de l’utérus.

En tant que centre national de contrôle et de référence, le LNS est responsable de la normalisation des méthodes d’analyse en laboratoire et de la production des échantillons de référence. Les échantillons comparatifs sont importants sur les lieux d’un crime pour identifier les auteurs par analyse génétique. Le LNS s’acquitte également d’autres tâches médico-légales telles que la détermination de la cause du décès des victimes de violence ou l’identification des dépouilles.

Fondé en 2012 par le Ministère de la santé, le LNS est un établissement public.

En quoi consiste le travail du LNS ?

Tâches nationales en médecine humaine

L’une des tâches nationales du LNS est la surveillance des risques sanitaires causés par les agents pathogènes dans les aliments, la pollution environnementale ou les infections.

Au LNS, par exemple, le département de microbiologie a mis au point une méthode pour mieux identifier les sources de pathogènes transmis par les aliments. Le LNS a reçu pour cela le prix Healthcare Technology Award 2015.

Dans le cadre d’une enquête portant sur 51 jouets achetés dans des magasins luxembourgeois, le LNS a testé la teneur en phtalate du plastique utilisé. Les phtalates sont des plastifiants couramment utilisés dans les plastiques pour améliorer la souplesse et la ductilité. Étant donné qu’ils peuvent causer des dommages au foie, au système nerveux et immunitaire et aux organes reproducteurs des garçons, en particulier chez les enfants, ils ne doivent pas dépasser les valeurs limites fixées. Dans trois des jouets examinés au LNS en 2016, la valeur limite pour la teneur en phtalates était nettement dépassée.

Umedo et télépathologie

Le LNS élargit continuellement sa gamme de services avec de nouveaux équipements. En 2018, un service d’aide aux victimes – l’umedo – a été mis en place. Les personnes victimes d’agressions violentes peuvent s’adresser directement à ce service, par l’intermédiaire d’un médecin de confiance ou d’une clinique, et y faire constater leurs blessures.

En particulier dans les cas de violence domestique, les personnes touchées sont souvent très déstabilisées après l’acte. Il leur est difficile d’intenter une action en justice dans cette situation. Pour s’assurer que les preuves sont néanmoins réunies, les personnes peuvent s’adresser à l’umedo, où les médecins établissent un constat des blessures et, si nécessaire, tentent de se renseigner sur le déroulement des événements. Les documents peuvent ensuite être utilisés comme preuves dans le cadre d’une procédure judiciaire si la victime décide de porter plainte.

Au Luxembourg, le nombre d’actes de violence signalés a augmenté. En 2016, la police a dû intervenir 789 fois pour violence domestique, contre 419 fois en 2006.

Grâce à une nouvelle approche du traitement du cancer, la télépathologie, les échantillons de tissus peuvent également être analysés en quelques minutes. La télépathologie permet également aux hôpitaux qui ne disposent pas d’un service pathologique entièrement équipé d’évaluer la malignité d’une tumeur sur la base d’un échantillon de tissu.

En chirurgie cancérologique, une tumeur maligne peut ainsi être détectée par le biais d’un télédiagnostic sur un échantillon de tissus au LNS par des experts. La procédure fait appel à un technicien du LNS à l’hôpital qui effectue le prélèvement de l’échantillon et transfère les images au LNS. Le pathologiste du LNS peut donner au technicien d’autres instructions pour les incisions et examiner l’échantillon comme s’il était directement au microscope. La procédure de télépathologie doit être utilisée à l’échelle nationale au Luxembourg afin de permettre un traitement égal des patients atteints d’un cancer dans tous les hôpitaux du pays.

Autor: scienceRELATIONS
Fotos: LNS

Aussi dans cette rubrique

Recherche académique au Luxembourg Collecter des données, présenter clairement les corrélations aux citoyens

Le STATEC collecte et rassemble des données - et effectue des travaux de recherche appliquée en particulier dans les domaines de la productivité, de l’entreprise et du bien-être.

Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History La recherche numérique et le transfert de connaissances au C2DH

Le C2DH est un centre de recherche interdisciplinaire de l'Université du Luxembourg, qui met l'accent sur les méthodes de recherche numériques et le transfert de connaissances innovant.

La recherche universitaire au Luxembourg LIH : La recherche pour et avec le patient

Le LIH étudie des maladies pour guérir et a pour objectif de développer de nouvelles thérapies individuelles ainsi que des approches innovantes dans les domaines de la prévention et du diagnostic.

LIH
LISER
La recherche universitaire au Luxembourg LISER : Comprendre la société pour rendre la politique plus efficace

L’Institut luxembourgeois de recherche socio-économique (LISER) étudie les contextes sociaux complexes. Il fournit des faits qui servent de base décisionnelle pour les responsables politiques.