nanomachines

© University of Luxembourg

Les chercheurs ont découvert que dans certaines conditions, les nanomachines commencent à s’organiser en « essaims » et synchronisent leurs mouvements.

Toutes les machines convertissent une forme d’énergie dans une autre forme – par exemple, un moteur de voiture transforme l’énergie stockée dans le carburant en énergie cinétique. Ces processus de conversion énergétique, décrits par la théorie appelée thermodynamique, ne se déroulent pas uniquement au niveau macro des grosses machines, mais aussi au niveau micro des machines moléculaires qui stimulent les muscles ou les processus métaboliques et même au niveau atomique. 

L’équipe de recherche du professeur Massimiliano Esposito de l’Université du Luxembourg étudie la thermodynamique des petites nanomachines constituées uniquement de quelques atomes. Dans un article publié dans le prestigieux journal scientifique Physical Review X, ils exposent comment les petites machines se comportent de concert. Leurs observations pourraient être utilisées pour améliorer l’efficacité énergétique de toutes sortes de machines, grosses ou petites.

Bien plus efficientes que les grosses machines

Les progrès récents des nanotechnologies ont permis aux chercheurs de comprendre le monde dans des échelles toujours plus petites et rendent même possibles la conception et la fabrication de machines artificielles extrêmement petites.

« Il est prouvé que ces machines sont bien plus efficientes que les grosses machines comme les voitures. Et pourtant en termes absolus, leur rendement est faible par rapport aux besoins que nous avons dans les applications de la vie quotidienne, » explique Tim Herpich, doctorant au sein du groupe de recherche du professeur Esposito et l’auteur principal de l’article. « C’est pourquoi nous avons étudié comment les nanomachines interagissent les unes avec les autres et comment se comportent les ensembles de ces petites machines. Nous voulions voir si des synergies se créent lorsqu’elles agissent de concert. »

Les mouvements sont synchronisés en essaims

Les chercheurs ont découvert que dans certaines conditions, les nanomachines commencent à s’organiser en « essaims » et synchronisent leurs mouvements. « Nous avons pu démontrer que la synchronisation des machines déclenche des effets de synergie significatifs, de telle sorte que le rendement énergétique de l’ensemble est bien plus important que la somme des rendements individuels, » a déclaré le professeur Esposito. Bien qu’il s’agisse de recherche fondamentale, les principes exposés dans l’article pourraient potentiellement être utilisés pour améliorer l’efficience de toutes les machines à l’avenir, explique le chercheur.

Afin de stimuler et d’étudier le comportement énergétique des essaims de nanomachines, les scientifiques ont créé des modèles mathématiques fondés sur la documentation existante et les conclusions de la recherche expérimentale.

Auteur : Université du Luxembourg

Editeur : Uwe Hentschel

Photo : Université du Luxembourg

Aussi intéréssant

FNR Awards 2016 Matteo Polettini fait des recherches sur l’optimisation de l’efficacité énergétique

Un système énergétique avec une efficacité de plus de 100% ? Impossible à l’échelle macroscopique. Mais pas impossible ...

La thermodynamique stochastique Contrôler les mouvements à l’échelle nanométrique

Du fait des oscillations thermiques, les nanosystèmes sont constamment en mouvement. La connaissance de ces mouvements ...

Téléphone portable Comment rendre les batteries plus durables ?

Les appareils électroniques gaspillent beaucoup d’énergie en produisant une chaleur inutile. Une petite astuce technolo...

Aussi dans cette rubrique

Avancée scientifique exceptionnelle FNR Awards 2021 : Un pas vers des systèmes de refroidissement plus efficaces et plus respectueux de l'environnement

Une équipe de chercheurs en sciences des matériaux du Luxembourg Institute of Science and Technology a reçu un prix pour un record du monde.

Portrait Danièle Waldmann
Femme ingénieure Vers des bâtiments écologiques

À UL, Danièle Waldmann a contribué à la création du département de la construction en dur et du génie civil. Elle y mène actuellement des recherches sur la durabilité dans le secteur du bâtiment.

Ultra-légères et extrêmement résistantes Mise au point et essais de nouvelles structures pour les composants aéronautiques et aérospatiaux

Plus un produit est lourd dans l’espace, plus son transport est coûteux. C’est précisément sur ce problème que se penche le nouveau laboratoire de recherche commun du LIST et de l’entreprise Gradel.

People Counter
IEE People Counter Un capteur 3D avec logiciel spécial Covid-19 afin de faciliter le respect des restrictions de contact dans les magasins

Combien de personnes se trouvent dans le magasin à un moment donné ? Et combien de personnes peuvent encore entrer ? Le People Counter de l'IEE a la réponse.

IEE