Human brain with a magnifying glass showing fingerprints

Clara Berenguer

Mais c'est une réalité. Les scientifiques des laboratoires du monde entier ont travaillé dur pour créer des neurones (cellules nerveuses) à partir de la peau de patients atteints de maladies cérébrales. Leur objectif est de comprendre comment fonctionnent les maladies cérébrales et comment traiter ces patients plus efficacement. Mais pourquoi est-ce si révolutionnaire dans le monde de la recherche?

Avantages et limites des expérimentations animales

Pour répondre à la question précédente, nous devons vérifier les méthodes utilisées par les chercheurs au cours de l'histoire pour explorer et comprendre la biologie humaine. À cet effet, des animaux ont généralement été utilisés comme outil dans les laboratoires de recherche. En particulier, les maladies neurodégénératives, telles que les maladies de Parkinson et d’Alzheimer, ont été étudiées pendant des décennies à travers la création de modèles animaux susceptibles de reproduire les principaux symptômes et caractéristiques de ces troubles. L'utilisation de souris, de rats et même de singes a permis de répondre à de nombreuses questions sur le vieillissement et la dégénérescence du cerveau et a permis à la médecine de progresser au niveau qu'elle est aujourd'hui.

Cependant, si on commence à examiner ce sujet en profondeur, nous trouverons de nombreux problèmes non résolus. Tout d'abord, le cerveau animal est très différent du cerveau humain à bien des égards, et la plupart des recherches effectuées sur des modèles animaux n'ont jamais pu être directement liées à un cas réel de neurodégénérescence chez l'homme. En plus, n’ignorons pas le fait que nous utilisons des créatures vivantes innocentes comme « instruments de test » dans notre propre intérêt. Ceci est particulièrement pertinent lorsque de bonnes alternatives sont disponibles, comme dans le cas des maladies neurodégénératives.

Cellules de peau humaine génétiquement « reprogrammées »

Heureusement, les méthodes d'enquête ont beaucoup changé récemment. Les chercheurs sont désormais capables d'obtenir des cellules cutanées humaines, appelées fibroblastes, de patients malades et de les faire entrer dans un état de métamorphose défini comme une reprogrammation. En d'autres termes, le programme génétique au sein de ces cellules qui les caractérise comme faisant partie de la peau est artificiellement modifié, le convertissant en un programme plus simple ou « indéfini ».

Lorsque cela se produit, ces cellules n'ont plus de caractéristiques cutanées et sont classées comme cellules souches. L'avantage de ce type de cellules est que, puisque leur programme génétique interne est clair, elles peuvent être transformées dans n'importe quel type de cellule du corps humain. C’est ainsi que les cellules cérébrales, comme les neurones, sont créées à partir des cellules de la peau et peuvent être utilisées dans les laboratoires.

Vers une médicine plus précise et plus personnalisée

Alors, qu'est-ce que cela signifie pour les futures recherches sur le cerveau? La réponse n'a que deux mots: médecine personnalisée. Le fait de pouvoir étudier une maladie spécifique à partir d'échantillons de peau provenant directement de patients donne l'incroyable avantage de comprendre ce qui se passe dans chaque cerveau malade individuel et de savoir comment traiter chaque cas plus précisément.

En d'autres termes, les chercheurs scientifiques pourront construire un pont direct entre le laboratoire et l'hôpital. De plus, il faudra moins ou peut-être même pas d'animaux pour l'expérimentation sur la neurodégénérescence et ceci probablement dans toute autre discipline de recherche sur les maladies humaines. Grâce à cette amélioration, nous nous rapprochons de trouver le remède à ces maladies et peut-être à un avenir sans dégénérescence cérébrale.

Auteur: Clara Berenguer
Éditeur: Michèle Weber (FNR)
Image et photo: Clara Berenguer

À propos de l'auteur

Clara a obtenu sa licence en biomédecine à l’Université de Barcelone (Espagne), où elle s’est beaucoup intéressée à la science du cerveau humain. Pour cette raison, elle a fait sa maîtrise en neurosciences et a travaillé sur la maladie d'Alzheimer à l'Université Libre d'Amsterdam (Pays-Bas) pendant un an pour se spécialiser dans le domaine de la recherche sur la neurodégénérescence. Cette expérience lui a donné la motivation de déménager au Luxembourg pour étudier la maladie de Parkinson et d’obtenir son doctorat au Luxembourg Centre for Systems Biomedicine (LCSB) de l’Université du Luxembourg.

Au cours de son doctorat, elle a eu l'opportunité de s'initier à la communication scientifique à l'Université du Luxembourg et de partager sa passion pour les neurosciences avec de nombreux lycéens et étudiants en master. Grâce à cela, elle a compris à quel point il est important et crucial de rendre la science accessible à tous aussi bien à l'intérieur et à l'extérieur du monde de la recherche.

En plus d'être une passionnée des neurosciences, Clara est végétarienne et une amoureuse des animaux, une fanatique de la photographie de nature et une passionnée d'escalade sportive avec ses amis les plus proches.

La photo ci-dessous montre Clara dans un laboratoire de culture cellulaire pendant son doctorat au LCSB.

Clara Berenguer in lab coat

Aussi dans cette rubrique

Journée mondiale Alzheimer 2021 Quatre vidéos explicatives sur la démence

Qu’est-ce qu’une démence ? Que faire après ce diagnostic ? Comment en mieux rester en relation avec une personne atteinte de démence ? Pourquoi les proches de cette personne jouent-ils un rôle-clé ?

Dépistage néonatal Recherche systématique de maladies chez les bébés

Grâce au dépistage néonatal, des maladies rares mais graves sont détectées de manière précoce au LNS. Cela permet d'éviter ou au moins de limiter les conséquences négatives.

LNS
D'intelligence artificielle CoLive Voice : Reconnaître les maladies graves par la voix

Dans le cadre d'une étude de santé numérique unique en son genre, le LIH souhaite identifier des biomarqueurs vocaux pour les maladies chroniques et infectieuses à l'aide d'enregistrements vocaux.

LIH
Nouvelle approche d'immunothérapie L'allergie au chat : des niveaux élevés d'adjuvant renforcent la tolérance immunitaire et atténuent les symptômes allergiques

Des chercheurs du LIH ont proposé une nouvelle approche thérapeutique pour traiter l'allergie sévère au chat qui pourrait éliminer les caractéristiques essentielles de l'allergie.

LIH