Person in lab coat talking to other people

Fondation Cancer

Le chercheur Serge Haan explique aux visiteurs du Relais pour la Vie le rôle de différentes structures à l'intérieur d'une cellule.

Le Relais pour la Vie est un évènement annuel de solidarité envers les personnes atteintes d’un cancer. Il est organisé au Luxembourg par la Fondation Cancer et bénéficie d’une popularité croissante depuis 2006. En 2009, une participation record d’environ 13.000 coureurs et marcheurs a été atteinte. C’était une édition spéciale du Relais pour la Vie en raison du 25ème anniversaire de la Fondation Cancer. Parmi différentes activités organisées spécialement ce jour-là, les visiteurs pouvaient découvrir le « Cancer Research Lab ».  Cette initiative a pu voir le jour grâce aux chercheurs du Luxemburg Institute of Health (LIH) et à l’Université du Luxembourg. Selon Maiti Lommel, qui a coordonné le « Cancer Research Lab », le but était d’offrir un aperçu de la recherche sur le cancer et de la rendre moins abstraite pour toutes les personnes souhaitant jeter un coup d’œil dans un laboratoire de recherches. Hormis le fait de mettre en lumière l’importance de la recherche dans la lutte contre le cancer, c’était également une façon de dire « merci » pour toutes les généreuses donations qui permettent de progresser dans cette lutte.

Cette initiative conjointe a été présélectionnée pour le prix FNR 2020 pour promotion exceptionnelle de la science auprès du public.

Que pouvaient apprendre les visiteurs sur le cancer ?

Le « Cancer Research Lab » était divisé en deux espaces séparés : la salle d’attente, présentant une introduction aux notions de base en biologie du cancer, et le laboratoire dans lequel les visiteurs pouvaient voir et expérimenter les différents aspects du travail de recherche au quotidien.

Dans la salle d’attente, l’apprentissage de la biologie du cancer était proposé de façon interactive et ludique. Les activités comprenaient une cellule géante qui pouvait parler et expliquer le rôle de différentes structures fonctionnelles à l’intérieur d’elle-même.  De grandes affiches étaient également exposées, ainsi que des diaporamas et des films sur les fonctions cellulaires, le cancer et les métastases. Enfin, un dessin animé intitulé « la cellule qui voulait devenir immortelle », illustrait l’apparition et la progression du cancer. Ces supports visuellement captivants étaient disponibles en français, allemand et certains aussi en anglais.  

Researcher Elisabeth Letellier with visitors
giant cell model

Quelles explications étaient fournies concernant le travail dans le labo de recherche sur le cancer ?

Le « Cancer Research Lab » était composé de cinq différents postes. Des chercheurs de différentes institutions publiques de recherche au Luxembourg y parlaient français, allemand, anglais et luxembourgeois permettant ainsi à tous les visiteurs de suivre les explications. Chaque poste représentait une étape d’une expérimentation ayant pour but d’établir l’effet d’un médicament sur des cellules cancéreuses.

Au poste 1, les chercheurs expliquaient d’où provenaient les cellules utilisées pour les expérimentations et comment elles sont cultivées. Les visiteurs pouvaient également observer comment les cellules étaient stockées et conservées à de très basses températures dans de l’azote liquide. Au poste 2, les chercheurs montraient les incubateurs dans lesquels sont conservées les cellules et expliquaient pourquoi elles nécessitent des niveaux spécifiques de température et de CO2 et ce dont elles ont besoin pour continuer à grandir. Le poste 3 exposait les étapes nécessaires de préparation des cellules à des expérimentations, comme le prélèvement et le lavage. Au poste 4, les visiteurs pouvaient voir un aperçu des altérations de génome de 6 patients différents et constater ainsi que chaque cancer est unique et nécessite un traitement particulier. Le dernier poste, le numéro 5, était consacré aux analyses mesurant l’activité des médicaments sur les cellules cancéreuses. Ces analyses permettent d’identifier les traitements auxquels réagissent les cellules cancéreuses et sont donc l’élément clé de la médecine personnalisée.  De nombreux visiteurs ont trouvé les sujets concernant la médecine personnalisée et les marqueurs spécifiques de cancers très intéressants et en ont parlé longuement avec les chercheurs.

Comment les visiteurs ont-ils vécu l’expérience du Cancer Research Lab ?

Mis à part la possibilité qu’avaient les visiteurs de poser des questions aux chercheurs, ils avaient tous l’opportunité d’expérimenter concrètement certaines activités du laboratoire. Parmi elles le pipetage de petits volumes de liquide et l’observation de cellules au microscope. De telles expériences interactives ont été spécialement conçues pour permettre au public de comprendre certains concepts plus facilement et de se souvenir de leur signification. Globalement, la plupart des 400 personnes présentes au « Cancer Research Lab » ont évalué leur visite de façon très positive, à l’aide de la borne à smiley située à la fin de la visite.  

Aussi bien les scientifiques expérimentés que les chercheurs débutants ayant contribué à l’élaboration du « Cancer Search Lab » ont trouvé cette occasion de parler de leurs recherches très enrichissante. Elisabeth Schaffner-Reckinger de l’Université du Luxembourg l’a confirmé : « C’était une occasion unique d’entrer en contact avec de nombreuses personnes et de leur expliquer le déroulement de notre travail. Les visiteurs étaient très intéressés, posaient de nombreuses questions et écoutaient attentivement. C’était très agréable de parler de nos recherches en échange de la générosité reçue lors de ces rencontres. »

Sabrina Fritah du LIH a quant à elle ajouté que « c’était une magnifique expérience et j’espère que de telles activités vont continuer à voir le jour dans le futur. Le contact direct avec des personnes atteintes de cancer nous rappelle l’objectif de nos recherches et notre détermination à aider tous les patients. » 

Auteur: Anna Keller
Éditor: Michèle Weber (FNR)
Photos: Fondation Cancer 

 

Evidence based policy making Le Parlement luxembourgeois crée un service scientifique pour les députés

Les députés sont souvent appelés à voter sur des questions très complexes qui nécessitent une expertise scientifique. Le...

Conférence interactive Que savoir pour réduire son empreinte environnementale en tant que citoyen ?

L’évènement « So you think you’re green ? » revient le 17 novembre 2020 (en ligne) avec pour sujet la mobilité.

FNR
Science Alert Des vidéos alliant le tennis de table ou le vin et la science

Avec sa nouvelle offre « Science Alert », le Luxembourg Science Center met l’accent sur la science derrière des sujets d...

Aussi dans cette rubrique

Gagnant du Concours National Jonk Fuerscher Journalisme scientifique pour adolescents

Théophile De Moncuit a créé un média scientifique appelé Kidado Sciences. Du haut de ses 12 ans, il aborde des sujets qui vont de l'astrophysique à la biologie marine. Le jury a été abasourdi.

Concours Jonk Fuerscher Une plante dans le viseur : construction durable avec le miscanthus

Trois élèves du lycée classique de Diekirch ont étudié les propriétés particulières du roseau de Chine géant et ont convaincu le jury du concours Jonk Fuerscher.

Marie Barberon
Jeunes scientifiques Les mathématiques pourraient-elles aider les médecins à diagnostiquer des maladies génétiques ?

Une méthode mathématique d’analyse des séquences d’ADN défectueuses responsables de certaines maladies génétiques pourrait permettre d'améliorer le diagnostic et le pronostic de certains patients.