Shiva Nejati

© Université du Luxembourg

Dr. Shiva Nejati, chercheuse au SnT

De l'Iran au Luxembourg, en passant par le Canada, Londres et la Norvège, voici à quoi ressemble aujourd'hui la carrière internationale d'un jeune chercheur. D'origine iranienne et canadienne, Shiva Nejati est chercheuse à l'Université du Luxembourg, au « Software Verification and Validation Lab » du SnT (Interdisciplinary Centre for Security, Reliability and Trust), une des rares femmes dans ce domaine traditionnellement réservé aux hommes.

Le déclic vocationnel, c'est en Iran, à l'école, que Shiva l'a eu. Là-bas, mathématiques et sciences naturelles occupaient une place centrale et des cours de programmation étaient même proposés aux lycéens. Après quelques années passées à étudier à la « Sharif University of Technology » de Téhéran et à l'Université de Toronto au Canada, elle a terminé ses études en informatique par un master et un doctorat à l'Université de Toronto. « Je me suis intéressée très tôt aux sciences et à la recherche appliquées » affirme Shiva. « C'est fascinant de voir qu'on peut résoudre des problèmes concrets grâce à la recherche ». Ses premiers projets de recherche l'ont ensuite conduite à Londres et en Norvège, avant d'arriver au Luxembourg en 2012.

Recherche appliquée

C'est son supérieur de l'époque au laboratoire de recherche d'Oslo qui lui a montré le chemin vers le Luxembourg, que la jeune chercheuse talentueuse est parvenue à convaincre de déménager au Grand-Duché avec sa famille après sa nomination au SnT. La décision de la jeune famille a été grandement facilitée par la possibilité d'une formation scolaire en anglais pour les enfants et l'accueil chaleureux réservé aux « expats » au Luxembourg. « On se sent très bien au Luxembourg, comme à la maison » affirme Shiva.

Au-delà de l'environnement privé, le cadre de recherche a été déterminant. « On travaille en étroite collaboration avec l'industrie sur des projets, c'est important d'avoir les bons partenaires ainsi que de la proximité et de l'accessibilité ». Les deux sont présents au Luxembourg : des partenaires comme Delphi, IEE, SES ou HITEC sont sur place et ont besoin de solutions innovantes et orientées vers l'avenir.

L'axe de travail principal du SnT est la recherche appliquée dans le domaine du développement de systèmes et services TIC sûrs, fiables et de confiance.

Les systèmes et services TIC doivent être fiables, robustes et sûrs ; les défauts peuvent coûter cher et nuire fortement à l'image d'une entreprise. Shiva travaille avec des partenaires comme IEE et Delphi sur des systèmes logiciels pour l'automobile. « Notre priorité est la sécurité et la fiabilité des logiciels ; ce n'est pas nous qui fabriquons les voitures, mais on aide l'industrie à résoudre des problématiques logicielles complexes. On ne fait pas du conseil aux entreprises, mais de la recherche pour trouver des solutions durables pour les nouvelles technologies et nouveaux défis ».

Pour Shiva, ce contact direct avec les entreprises – et bien entendu la présence de plusieurs entreprises high-tech de premier plan mondial au Luxembourg – est un avantage unique qui plaide en faveur de la recherche à l'Université du Luxembourg. Autre élément très positif aux yeux de la chercheuse : la bonne base financière de la recherche. Outre le Fonds National de la Recherche (FNR), les entreprises contribuent aussi au financement des travaux de recherche. Seule ombre au tableau pour elle, trop peu de femmes des deux côtés, aussi bien dans la recherche que dans l'industrie. Elle aimerait que plus de jeunes filles osent étudier l'informatique ou deviennent ingénieures. 

Auteur: Université du Luxembourg
Photo 
© Université du Luxembourg

Infobox

Série d'articles "Chercheurs à l'Université du Luxembourg"

Cet article est traduit d'une série d'articles initialement publiés dans le Luxemburger Wort

Aussi intéréssant

Esch2022 – Entretien avec Valery Vermeulen The Sound of Data : Comment les données scientifiques se transforment en musique

Dans le cadre du projet « The Sound of Data », qui débute le 1er mai à la Rockhal, le mathématicien et musicien électron...

FNR
« Science meets Music » le 1er mai @Rockhal Quand les couleurs deviennent des sons : le cyborg Neil Harbisson donne le coup d’envoi de The Sound of Data

Neil Harbisson est daltonien, mais il peut entendre les couleurs grâce à une antenne implantée dans son crâne. Le cybor...

FNR
Smart Schoul 2025 Former les citoyens du numérique de demain 

Comment inspirer les étudiants pour l’informatique ? Une réponse pourrait être le projet Smart Schoul 2025 de l’Universi...

Aussi dans cette rubrique

Outstanding PhD Thesis FNR Awards 2023: Comment entraîner l’intelligence artificielle à prédire des situations difficiles

Salah Ghamizi, chercheur post-doctoral du groupe « Security Design and Validation » au SnT, a été sélectionné dans la catégorie «Outstanding PhD Thesis» pour les FNR Awards 2023.

FNR, SnT
Jeune Scientifique Recherche en mathématiques sur un billiard tridimensionnel

Un jeune scientifique luxembourgeois s’attelle à la résolution d’un problème mathématique bien particulier : à quoi ressemble la trajectoire d’une bille dans un billard tridimensionnel ?

Thèse doctorale exceptionelle FNR Awards 2022: pour le développement des futurs systèmes de communication sans fil

Aakash Arora a reçu un prix pour son travail scientifique sur les algorithmes de traitement du signal pour les futurs systèmes sans fil à antennes multiples.

Sécurité informatique Ce que les mouvements de la souris révèlent sur l’utilisateur et comment l’éviter

Les mouvements de la souris d’ordinateur en disent déjà long sur son utilisateur. Cela pose des problèmes importants en termes de protection des données, qui sont toutefois possible de résoudre.