Rudi Balling am Scripps-Forschungsinstitut

© STSI, scienceRELATIONS

à gauche: l’institut Scripps; à droite; Rudi Balling

Rudi Balling, directeur du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine, relate son semestre de recherche à l'Institut de recherche Scripps, aux États-Unis.

Mon premier jour au Scripps, ou plus précisément au Scripps Translational Science Institute, ou simplement STSI. Le STSI est situé à La Jolla, un quartier de San Diego, à quelques pas de l’océan. Seul un terrain de golf sépare la plage du site de l’institut. Il y a pire comme endroit pour travailler ! Cependant, je me rends rapidement compte que ceux qui s’adonnent ici à la recherche ne prêtent guère attention à ce cadre.

« L’expert en biologie des systèmes » du Luxembourg à la rencontre de l’élite de la biomédicine

Eric Topol, directeur du STSI, entame la première réunion de l’institut à laquelle je participe en me présentant comme « expert en biologie des systèmes » venu du Luxembourg. En quelques phrases, j’explique pourquoi je passe ce congé sabbatique au STSI : pour mieux comprendre les maladies complexes telles que la maladie de Parkinson ou le diabète, découvrir de nouvelles méthodes permettant d’établir des liens entre les différentes maladies et sonder l’influence de la numérisation sur la médecine de demain.

Je remarque que j’ai piqué la curiosité de certains scientifiques qui se demandent déjà comment il serait possible de démarrer des projets communs. D’autres n’ont pas de temps – ou plutôt pas de temps à perdre. Le STSI est le terrain de recherche de l’élite de la biomédecine. Le temps presse et la concurrence est rude. Recherche, demande de fonds de financement et publication de résultats : « Publish or perish », publie ou péris, telle est l’implacable devise. Pas un regard jeté au panorama s’étalant devant l’institut, une attente à la fois amicale et distante à l’égard du collègue venu d’Europe.

Savoir faire preuve d’initiative

Heureusement, ce n’est pas le premier séjour consacré à la recherche que je passe en Amérique. Ici, il faut savoir faire preuve d’initiative. Pour moi, il s’agit à présent d’établir un contact personnel avec les collègues afin de les convaincre de l’utilité d’une coopération avec le LCSB et le Luxembourg. Ma mission pour les jours à venir : de nombreuses conversations !

Auteur: Rudi Balling (LCSB)
Photos: à gauche, en haut: l'institut de recherche Scripps à San Diego (© STSI),  à gauche en bas le campus de l'institut (© STSI), à droite Rudi Balling (© scienceRELATIONS) 

Rudi Balling, directeur du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine à l'Université du Luxembourg prend un semestre sabbatique jusqu’à l’automne prochain, avec le soutien d'une bourse INTER Mobility du Fonds National de la Recherche (FNR). Âgé de 64 ans, il profite de cette pause pour réaliser un séjour de recherche aux États-Unis. Tous les quinze jours, il nous relatera ses expériences dans le cadre de cette tribune publiée à l’origine dans le Luxemburger Wort. Le Luxemburger Wort et l’Université du Luxembourg nous ont donné leur aimable autorisation pour la reproduire ici.

Aussi intéréssant

Modèles précliniques Faire progresser le traitement personnalisé du cancer grâce aux « avatars » de patients


Le LIH, en collaboration avec des partenaires de recherche, a établi une collection de modèles précliniques de tumeurs c...

LIH
Santé De l’origine des maladies rares à la situation luxembourgeoise

A l’occasion de la journée mondiale des maladies rares, science.lu dévoile la complexité de ces maladies souvent méconnu...

FNR
Séjour de recherche aux États-Unis Super-size à San Diego

Rudi Balling, directeur du Luxembourg Centre for Systems Biomedicine, relate son semestre de recherche à l'Institut de ...

Aussi dans cette rubrique

Cancer du cerveau Les maîtres du déguisement : De nouvelles tactiques dans la chasse aux cancers métamorphiques

Démasquer un cancer agressif ayant la capacité de modifier son apparence et son comportement afin d'échapper au traitement.

Thérapie alimentaire Une pomme par jour : l’alimentation pourrait-elle être utilisée dans la gestion des maladies auto-immunes ?

Des chercheurs du LIH examinent si le microbiote gastrointestinal peut être modifié pour traiter voire prévenir des maladies auto-immunes.

LIH
Thèse en trois minutes Les talents de la communication dans la recherche médicale au Luxembourg

Trois jeunes chercheurs ont remporté des prix dans le domaine de la médecine lors du concours 3-Minute-Thesis (3MT) en présentant leur thèse de doctorat de manière courte et passionnante.

PERFORMANCES SCIENTIFIQUES EXCEPTIONNELLES FNR Awards 2021 : Pour une meilleure compréhension et un traitement personnalisé du cancer du cerveau

Anna Golebiewska et Simone Niclou ainsi que leur équipe du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu un prix pour la recherche sur les glioblastomes.

FNR