FNR Attract Fellow Emma Schymanski

Emma, l'environnement est-il aujourd'hui plus pollué par les produits chimiques qu'il y a 30 ans?

Il est vrai qu'il y a 30 ans, il y avait encore moins de produits chimiques en circulation, généralement à des concentrations plus élevées. On a alors dû agir, du moins dans les pays riches industrialisés. Aujourd'hui, nous sommes confrontés à un autre danger : de plus en plus de produits chimiques à faible concentration qui nous entourent sans cesse et auxquels nous sommes constamment exposés. Nous les qualifions d' « exposomes ».

Qu'est-ce que c'est qu'un « exposome » ?

Nous entendons par là tous les facteurs environnementaux qui influent sur notre santé ; nous avons emprunté ce terme du « génome », c'est-à-dire l'ensemble de toutes les informations héréditaires. L'exposome est une combinaison de facteurs externes tels que les produits chimiques présents dans l'air, dans l'eau ou la nourriture, et de composants internes que notre organisme produit en réponse à diverses charges.

Comment explorez-vous l'exposome ?

Nous utilisons d'une part la spectrométrie de mass,, qui nous permet d'analyser des dizaines de milliers de composés chimiques. Nous les comparons ensuite avec des bases de données, par ex. MassBank, pour savoir quelles sont les substances que nous avons mesurées en laboratoire. Ainsi, nous recevons aujourd'hui beaucoup plus d'informations qu'il y a quelques années, alors que les autorités environnementales se concentraient uniquement sur environ 40 substances nocives.

La combinaison des substances est donc responsable de leur dangerosité ?

Exactement. Le cocktail total de substances présente un risque combiné, ce que nous examinons. 

Avec quelle précision une analyse peut-elle identifier les sources de substances ?

De nos jours avec une précision extrême à la fois dans le temps et dans l'espace : Par exemple, si nous analysons les eaux traitées, nous pouvons constater que des résidus d'antiallergiques se multiplient au printemps, des pesticides agricoles en été et des antidépresseurs en hiver. Nous constatons également des différences sur les échelles temporelles plus petites : Le week-end, on trouve plus de résidus de drogues récréatives. Et à très long terme, notre eau sera de plus en plus douce : les résidus d'édulcorants alimentaires s'accumulent toujours plus. 

Quel est votre travail concret ?

Honnêtement, je suis assis la plupart du temps devant un ordinateur portable. Mon groupe de recherche est composé d'analystes et d'informaticiens. Nous mesurons les substances par spectrométrie de masse, ce qui nous permet d'obtenir des « empreintes digitales » des substances chimiques. Puis, commence une recherche de base de données que j'optimise en tant qu'informaticienne. Nous attachons une grande importance à la science ouverte, c.-à-d. que nous complétons aussi des bases de données publiques dans la mesure du possible (par ex., MassBank) afin de soutenir tous les scientifiques.

Vous êtes venue spécifiquement pour cela de l'Australie au Luxembourg. Pourquoi ?

Cela s'est produit depuis longtemps. J'ai rencontré mon mari lors d'un échange en Allemagne et j'ai ensuite rédigé ma thèse de doctorat en Allemagne. Notre fils est né en Allemagne. En plus de ces raisons personnelles, ma recherche ici est bien meilleure que celle de l'Australie. Grâce au financement du programme Attract par le FNR, je peux me consacrer parfaitement ici à mon travail avec un groupe de recherche propre de onze personnes et j'ai un contact étroit avec de nombreux autres chercheurs, ce qui n'est possible sous cette forme qu'en Europe.

Text: Tim Haarmann
Photo: Emma Schymanski

Infobox

CV synoptique

La professeure associée Emma Schymanski est FNR ATTRACT Fellow à l’Université de Luxembourg. Originaire de l'Australie, la chimioinformaticienne a travaillé au centre UFZ à Leipzig et à l'Eawag en Suisse avant de s'engager au Luxembourg.

Aussi dans cette rubrique

Journée mondiale Alzheimer 2021 Quatre vidéos explicatives sur la démence

Qu’est-ce qu’une démence ? Que faire après ce diagnostic ? Comment en mieux rester en relation avec une personne atteinte de démence ? Pourquoi les proches de cette personne jouent-ils un rôle-clé ?

Nouveautés en science L’essentiel de l’actualité de la recherche au Luxembourg- août 2021

Qui est derrière la crise du logement au Luxembourg ? Découvrez cela dans notre tour d’actualités des résultats de la recherche au Luxembourg.

Technologie des transports Comment rendre les transports urbains plus sains ?

Marcin Seredynski étudie dans quelle mesure les bus hybrides pourraient rendre les villes plus vivables.