FNR

Le vaccin de BioNTech/Pfizer, celui de Moderna et celui de CureVac sont des vaccins à ARNm.

L’analyse du Dr Gérard Schockmel concernant les vaccins à ARNm contre la Covid-19 est disponible à la fin de l'article.

Biontech/Pfizer

  • Nom : Comirnaty, Tozinameran, BNT162b2
  • Fabricant : BioNTech/Pfizer
  • Pays : Allemagne / États-Unis
  • Type de vaccin : vaccin à ARNm
  • Schéma de vaccination : 2 doses, la seconde doit être administrée au bout de 21 jours (28 jours selon le CDC)
  • Efficacité (étude) : 95 %, 100 % contre les formes graves de la maladie
  • Efficacité (sur le terrain) : 94 % à 99,9 %
  • Autorisation / recommandation : à partir de 16 ans
  • Doses de vaccins commandées pour le Luxembourg : pour 337 645 personnes

Composition

1 dose (0,3 ml) contient :
30 microgrammes d'ARN messager (ARNm) (encapsulé dans des nanoparticules lipidiques)

Mode d'action

Le vaccin est constitué de capsules lipidiques contenant de l'ARNm. Cet ARNm est le code de synthèse de la protéine spike du SARS-CoV-2. Les capsules lipidiques transportent l'ARNm dans nos cellules. Ces dernières lisent l'ARNm et synthétisent la protéine spike du SARS-CoV-2. Notre système immunitaire reconnaît le corps étranger et fabrique des anticorps spécifiques. Une fois ce processus terminé, une protection vaccinale est obtenue. Si notre corps entre à nouveau en contact avec des virus SARS-CoV-2, notre système immunitaire les reconnaît rapidement et déclenche directement la réaction immunitaire adaptative. Cette réponse réduit la probabilité (selon l'efficacité du vaccin) que les personnes vaccinées contractent la Covid-19. Mais la vaccination offre surtout une bonne protection contre les formes graves de la maladie. 

Infobox

Avantages
  • Efficacité élevée (voir texte)
  • Procédé de fabrication rapide
  • Adaptation rapide aux nouveaux variants du virus
  • Absence de substances toxiques ou animales en rapport avec la fabrication
  • « Vecteur minimal »
  • Vaccins non infectieux
Inconvénients
  • Coût relativement élevé
  • Stockage uniquement à basse température
  • Manque d'expérience à long terme avec ce type de vaccin
Effets secondaires

- Pas d'effets secondaires graves
- Effets secondaires légers fréquents, dont les suivants :

  • Douleurs au site d'injection (> 80 %)
  • Fatigue (> 60 %)
  • Maux de tête (> 50 %)
  • Douleurs musculaires (> 30 %)
  • Frissons (> 30 %).
  • Douleurs articulaires (> 20 %)
  • Fièvre (> 10 %)
  • Gonflement au site d'injection (> 10 %)

Aucun nouvel effet secondaire grave n'a été signalé à ce jour pendant les campagnes de vaccination.

Stockage

À -70 °C pendant 6 mois
À une température comprise entre -25 °C et -15 °C pendant 2 semaines (02/2021) 

Coût par dose de vaccin

12 €

Mise au point, phases cliniques et autorisation
  • Lancement du développement du vaccin : 15/01/2020
  • Début de l'étude de phase I : 22/04/2020 (phase I / II)
  • Début de l'étude de phase III : 27/07/2020 (États-Unis, Brésil, Argentine)
  • Début du processus d'autorisation :
    États-Unis : 20/11/2020 (demande d'autorisation d'urgence)
    UE : 06/10/2020 (évaluation en continu)
    UE : 30/11/2020 (demande d'autorisation de mise sur le marché conditionnelle)
  • Date d’autorisation : 
    Royaume-Uni : 02/12/2020 (utilisation d’urgence temporaire)
    États-Unis : 11/12/2020 (utilisation d'urgence)
    UE : 21/12/2020 (autorisation de mise sur le marché conditionnelle)
  • Nom : mRNA-1273
  • Fabricant : Moderna
  • Pays : États-Unis
  • Type de vaccin : vaccin à ARNm
  • Schéma de vaccination : 2 doses, la seconde dose doit être administrée au bout de 28 jours
  • Efficacité (étude) : 94,1 %, 100 % contre les formes graves de la maladie
  • Autorisation / recommandation : à partir de 18 ans
  • Doses de vaccins commandées pour le Luxembourg : pour 55 231 personnes

Composition

1 dose (0,5 ml) contient :
100 microgrammes d'ARN messager (ARNm) (encapsulé dans des nanoparticules lipidiques)

Mode d'action

Le vaccin est constitué de capsules lipidiques contenant de l'ARNm. Cet ARNm est le code de synthèse de la protéine spike du SARS-CoV-2. Les capsules lipidiques transportent l'ARNm dans nos cellules. Ces dernières lisent l'ARNm et synthétisent la protéine spike du SARS-CoV-2. Notre système immunitaire reconnaît le corps étranger et fabrique des anticorps spécifiques. Une fois ce processus terminé, une protection vaccinale est obtenue. Si notre corps entre à nouveau en contact avec des virus SARS-CoV-2, notre système immunitaire les reconnaît rapidement et déclenche directement la réaction immunitaire adaptative. Cette réponse réduit la probabilité (selon l'efficacité du vaccin) que les personnes vaccinées contractent la Covid-19. Mais la vaccination offre surtout une bonne protection contre les formes graves de la maladie. 

Infobox

Avantages
  • Efficacité élevée (voir texte)
  • Procédé de fabrication rapide
  • Adaptation rapide aux nouveaux variants du virus
  • Absence de substances toxiques ou animales en rapport avec la fabrication
  • « Vecteur minimal » (voir texte)
  • Vaccins non infectieux
Inconvénients
  • Coût relativement élevé
  • Stockage uniquement à basse température
  • Manque d'expérience à long terme avec ce type de vaccin
Mise au point, phases cliniques et autorisation
  • Lancement du développement du vaccin : janvier 2020
  • Début de l'étude de phase I : 04/03/2020 (phase I)
  • Début de l'étude de phase III : 27/07/2020 (États-Unis)
  • Début du processus d'autorisation : 
    États-Unis : 30/11/2020
    UE : 16/11/2020 (évaluation en continu)
    UE : 30/11/2020
  • Date d’autorisation :
    États-Unis : 18/12/2020
    UE : 06/01/2021
Effets secondaires

- Pas d'effets secondaires graves
- Effets secondaires légers à modérés fréquents, dont les suivants :

  • Douleurs au site d'injection (92 %)
  • Fatigue (70 %)
  • Maux de tête (64,7 %)
  • Douleurs musculaires (61,5 %)
  • Douleurs articulaires (46,4 %)
  • Frissons (45,4 %).
  • Nausées/vomissements (23 %)
  • Gonflement/sensibilité des ganglions lymphatiques axillaires (19,8 %)
  • Fièvre (15,5 %) ;
  • Gonflement au site d'injection (14,7 %)
  • Rougeur au site d'injection (10 %)

- Ces symptômes sont un peu plus fréquents chez les jeunes sujets que chez les sujets plus âgés.
- Ces symptômes sont plus fréquents après la seconde dose

Aucun nouvel effet secondaire grave n'a été signalé à ce jour pendant les campagnes de vaccination.

Coût par dose de vaccin

14,70 €

Stockage

Au réfrigérateur (+2 à +8 °C) pendant 30 jours
à -20 °C pendant 6 mois

Sources/liens utiles

Analyse du Dr Gérard Schockmel, infectiologue aux Hôpitaux Robert Schuman (en date du 19/04/2021, update : 28/04/2021)

Gérard Schockmel

« Les deux vaccins à ARNm actuellement autorisés présentent l’avantage d’une conception simple. Ils sont constitués d'ARNm (il s’agit du code de synthèse de la protéine spike du virus SARS-CoV-2) encapsulé dans des nanoparticules lipidiques – rien de plus. Contrairement aux vaccins à vecteur viral, ils ne contiennent pas de vecteurs viraux.

Avec les vaccins à ARNm, les réactions vaccinales sont généralement plus marquées après la seconde dose. Avec le vaccin à vecteur viral d'AstraZeneca, en revanche, c'est l'inverse : des réactions vaccinales plus fortes surviennent après la première dose, tandis que la seconde est généralement bien mieux tolérée.

Une fois l’immunisation de base terminée, c'est-à-dire environ deux semaines après la seconde dose, les deux vaccins à ARNm affichent une efficacité très élevée. Une efficacité partielle, déjà relativement élevée, est souvent déjà observée environ deux à trois semaines après l’administration de la première dose.

Les deux vaccins à ARNm, qui ont déjà été administrés à des millions de personnes dans le monde, possèdent un excellent profil de sécurité. Cela explique la bonne réputation dont jouissent actuellement ces vaccins auprès de la population. En raison de sa composition spécifique, le vaccin de Moderna présente l’avantage par rapport au vaccin de Pfizer/BioNTech de pouvoir être stocké à des températures plus élevées, ce qui facilite la logistique de distribution. Pour le reste, les deux vaccins à ARNm sont très similaires.

Dans ce qu’on appelle des tests de neutralisation du virus, l’efficacité des deux vaccins à ARNm a été testée contre les variants britannique, sud-africain et californien du virus qui circulent actuellement. Les deux vaccins à ARNm offrent une excellente efficacité contre les variants britannique et californien du virus.

Seule avec le variant sud-africain, l’activité des anticorps neutralisants était nettement diminuée. Une façon de contrer cette perte d'activité serait théoriquement d'administrer une troisième dose du même vaccin à ARNm, ou d'administrer un vaccin à ARNm adapté au variant sud-africain. Ces deux options font actuellement l'objet d'essais cliniques. Cependant, de nombreux experts pensent que le schéma à deux doses des deux vaccins à ARNm actuellement administrés offre néanmoins une protection contre les formes graves de la maladie dues au variant sud-africain. En outre, il est important de garder à l’esprit que les lymphocytes T s'agrippent à d’autres endroits de la surface de la protéine spike du coronavirus que les anticorps et qu’une mutation permettant d'échapper aux anticorps n’a pas forcément d’effet sur la liaison des lymphocytes T. L’évaluation de l’efficacité clinique des vaccins à ARNm actuellement autorisés contre les variants du virus nécessite des études vaccinales appropriées.

Nous ne disposons actuellement pas des données nécessaires pour évaluer l'efficacité clinique des vaccins à ARNm contre le variant brésilien du virus.

Je suis convaincu que globalement, la technologie de l'ARNm représente une avancée prodigieuse dans le développement des vaccins génétiques. La fabrication de vaccins à ARNm est relativement simple. Il est possible de concevoir un nouveau vaccin à ARNm en quelques jours si l'on sait exactement quelles informations génétiques il doit contenir. C'est précisément cette capacité d'adaptation qui est très importante dans la situation épidémiologique actuelle, car elle permet d'adapter la production de vaccins à ARNm aux nouveaux variants du virus qui apparaissent. La production de vaccins à ARNm est également plus rapide que celle des vaccins conventionnels et, comme mentionné ci-dessus, les vaccins à ARNm ne contiennent pas de virus. En outre, la technologie de l'ARNm offre toute une série de nouvelles possibilités. »

Auteurs de la série : Kai Dürfeld (scienceRELATIONS - Communication scientifique), Jean-Paul Bertemes (FNR)
Illustrations : Linda Wampach (FNR)
Fiches d’information : 101 Studios, Jean-Paul Bertemes (FNR)
Rédaction : Michèle Weber (FNR), Melanie Reuter (FNR)

Aussi intéréssant

CORONAVIRUS CRISIS Survey about "social distancing": What is our average daily contact with others?

You would like to help combat the current coronavirus-crisis? Take part in this survey and help researchers to find out ...

CRISE CORONA Enquête « social distancing » : combien de contacts avons-nous en moyenne par jour ?

Contribution dans le cadre de la crise : Participez à l'enquête et aidez les scientifiques à déterminer comment nos inte...

Nouveautés en science L’essentiel de l’actualité de la recherche au Luxembourg- août 2021

Qui est derrière la crise du logement au Luxembourg ? Découvrez cela dans notre tour d’actualités des résultats de la re...

Aussi dans cette rubrique

Covid-19
La meilleure protection immunitaire Quand est-on mieux protégé contre la Covid-19 : après le vaccin ou après une infection naturelle ?

Le vaccin contre le SARS-CoV-2 est censé entraîner le système immunitaire. Mais après avoir contracté la Covid-19, le corps développe aussi une protection immunitaire. Quand est-on mieux protégé ?

FNR, LIH
night sky with shooting stars
Perséides 2021 Pic de la pluie des étoiles filantes de l’été

Chaque année, les perséides peuvent être observées entre mi-juillet et fin août. Ce jeudi 12 août, on pourra observer jusqu’à 100 étoiles filantes par heure. A quoi doit-on ce magnifique spectacle?

FNR
flooded crops
Inondations Peut-on manger les fruits et légumes provenant des zones inondées ? 

De l’eau polluée a inondé des champs et des jardins. Les plantes peuvent-elles absorber des substances chimiques, des bactéries et des virus, voire le SARS-CoV-2 ?