(C) Paul Foguenne, CHL

L’arthroscopie est aussi utilisée dans les opérations du ménisque

L'arthroscope est à la chirurgie ce que le téléscope est à l'astronomie. Les deux appareils procurent en effet à l'utilisateur une nouvelle vision. A cette différence près, toutefois, que le téléscope se limite à réduire optiquement la distance entre l'observateur et les étoiles, alors que l'arthroscope permet d'observer quelque chose qui est, au départ, caché à la vue.

D'un diamètre de quelques millimètres seulement, l'arthroscope combine une caméra et une source lumineuse. Ainsi, lorsqu'une lésion touche par exemple l'articulation du genou, le chirurgien peut voir cette articulation par un petit trou sans qu'il soit besoin d'ouvrir complètement le genou. Et ce n'est pas tout. « L'arthroscopie permet l'identification de nouveaux tableaux cliniques et même, dans certains cas, des traitements que n'autorise tout simplement pas la chirurgie ouverte », affirme Prof. Romain Seil, chef du département de chirurgie orthopédique au Centre Hospitalier de Luxembourg (CHL).

Moins de douleurs et des hospitalisations plus courtes

Autres avantages de l'arthroscopie cités par M. Seil : moins de douleurs, moins de complications, des hospitalisations plus courtes et des cicatrices plus discrètes. Car il n'y a, en règle générale, besoin que de deux petits trous : un pour l'arthroscope et un autre pour l'instrument utilisé pour effectuer le traitement. Les blessures occasionnées à la peau et aux tissus étant de la sorte sensiblement plus réduites qu'en cas d'opérations ouvertes, on parle ici d'intervention chirurgicale mini-invasive.

Le chirurgien reconnaît cependant que l'arthroscopie présente également des inconvénients. Il n'est pas rare qu'une opération dure plus longtemps qu'une chirurgie ouverte. C'est surtout le cas lorsque l'opérateur est encore en phase d'apprentissage, explique le médecin. Car les interventions arthroscopiques sont très difficiles à maîtriser dans leur intégralité et exigent plusieurs années d'expérience.

Prof. Seil possède cette expérience. Il travaille depuis plus de dix ans au CHL, où quelque 3000 interventions chirurgicales sont effectuées chaque année pour les seuls départements Orthopédie et Traumatologie. Le chirurgien estime que près de la moitié de ces interventions sont arthroscopiques ou, à tout le moins, assistées par arthroscopie. Les interventions chirurgicales visent pour l'essentiel le genou et l'épaule mais également, dans de nombreux cas, la hanche, l'articulation tibio-tarsienne, la main et le coude.

Reconnaissance internationale pour le département spécialisé luxembourgeois

Avant d'intégrer le CHL, Romain Seil était déjà président du comité de l'Association mondiale de l'arthroscopie ISAKOS (International Society of Arthroskopy, Knee Surgery and Orthopaedic Sports Medicine) et secrétaire de l'ESSKA, la société-soeur européenne (European Society of Sports Traumatology, Knee Surgery and Arthroskopy). Cette dernière a, depuis quelques années, son siège au Grand-Duché - et pas sans raison.

« Au cours de ces dix dernières années, le Luxembourg a réussi à se faire un nom à l'échelle internationale dans le domaine de l'arthroscopie et de la chirurgie mini-invasive », explique M. Seil, qui a collaboré efficacement avec d'autres collègues au développement des techniques mises en oeuvre. Son département est désormais un centre d'apprentissage reconnu des deux associations ISAKOS et ESSKA, de sorte que des médecins spécialistes du monde entier sont formés au Luxembourg. Selon M. Seil, c'est notamment à ses compétences dans le domaine des opérations du ménisque et des ligaments croisés – en particulier chez les enfants – que le département CHL doit la reconnaissance internationale dont il jouit.

Le plus important congrès de médecine du pays

Ce qui est possible au Luxembourg dans le domaine de l'arthroscopie, M. Seil l'a démontré non seulement en salle d'opération ou dans des articles scientifiques destinés à des magazines internationaux spécialisés mais aussi, en décembre 2014, au Kirchberg. C'est là, en effet, dans les halles de Luxexpo, que le chirurgien a organisé - en collaboration avec le Luxembourg Institute of Health (anciennement CRP-Santé) - le congrès annuel de la Société française d'arthroscopie (SFA).

La tenue de ce congrès en-dehors de la France était une première. „L'on s'attendait à une baisse du nombre de participants de l'ordre de 200 à 300 par rapport au congrès de l'année dernière à Bordeaux“, explique M. Seil. Au final, ce sont plus de 1500 participants que les organisateurs ont accueillis au Kirchberg. Il s'agissait là d'un nouveau record pour la SFA. Et pour le Luxembourg. Car jamais auparavant un congrès de médecine de cette envergure ne s'était tenu dans le pays.

Organiser le premier congrès annuel SFA en-dehors de la France a nécessité près de six années de travail. Il a fallu à Romain Seil, en tant qu'organisateur principal, trois ans rien que pour convaincre la SFA de la pertinence du Luxembourg comme site d'accueil, plus trois années supplémentaires pour élaborer un modèle de financement. Parmi les 1550 participants internationaux à l'événement se trouvaient également 150 orthpédistes, physiothérapeutes, chercheurs et infirmiers luxembourgeois. Le prix du meilleur exposé scientifique est d'ailleurs revenu à une ressortissante luxembourgeoise, Caroline Mouton, du Luxembourg Institute of Health (LIH). Elle a présenté les résultats d'un travail réalisé au Centre Hospitalier de Luxembourg et au LIH en coopération avec Uni Luxembourg.

Auteur: Uwe Hentschel

Photo © Paul Foguenne, CHL

Infobox

Le congrès annuel de la Société française d'arthroscopie (SFA)

 

Organiser le premier congrès annuel SFA en-dehors de la France a nécessité près de six années de travail. Il a fallu à Romain Seil, en tant qu'organisateur principal, trois ans rien que pour convaincre la SFA de la pertinence du Luxembourg comme site d'accueil, plus trois années supplémentaires pour élaborer un modèle de financement. Parmi les 1550 participants internationaux à l'événement se trouvaient également 150 orthpédistes, physiothérapeutes, chercheurs et infirmiers luxembourgeois. Le prix du meilleur exposé scientifique est d'ailleurs revenu à une ressortissante luxembourgeoise, Caroline Mouton, du Luxembourg Institute of Health (LIH). Elle a présenté les résultats d'un travail réalisé au Centre Hospitalier de Luxembourg et au LIH en coopération avec Uni Luxembourg.

 

Aussi intéréssant

Portrait « Une réussite pour le Luxembourg et notre groupe de recherche »

Des scientifiques du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu le Prix Galien pour leur contribution exceptionnelle ...

LIH
Highly Cited Researchers Le travail multidisciplinaire de Stéphane Bordas, cité encore et toujours

Les travaux de certains scientifiques sont très souvent cités dans les publications. Stéphane Bordas, Professeur d'unive...

Médecine L’hypnose en milieu médical, pour quoi et quelle efficacité ?

L’hypnose est de plus en plus souvent utilisée pour atténuer p.ex. la douleur. Mais, le public est divisé quant à son ef...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Cancer du cerveau Les maîtres du déguisement : De nouvelles tactiques dans la chasse aux cancers métamorphiques

Démasquer un cancer agressif ayant la capacité de modifier son apparence et son comportement afin d'échapper au traitement.

Thérapie alimentaire Une pomme par jour : l’alimentation pourrait-elle être utilisée dans la gestion des maladies auto-immunes ?

Des chercheurs du LIH examinent si le microbiote gastrointestinal peut être modifié pour traiter voire prévenir des maladies auto-immunes.

LIH
Thèse en trois minutes Les talents de la communication dans la recherche médicale au Luxembourg

Trois jeunes chercheurs ont remporté des prix dans le domaine de la médecine lors du concours 3-Minute-Thesis (3MT) en présentant leur thèse de doctorat de manière courte et passionnante.

PERFORMANCES SCIENTIFIQUES EXCEPTIONNELLES FNR Awards 2021 : Pour une meilleure compréhension et un traitement personnalisé du cancer du cerveau

Anna Golebiewska et Simone Niclou ainsi que leur équipe du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu un prix pour la recherche sur les glioblastomes.

FNR