(C) MOAST

Les microorganismes étaient là bien avant nous et on les retrouve partout: sur notre peau, dans notre intestin ... sont-ils bénéficiaires pour nous? Pouvons-nous utiliser leurs compétences ? Pouvons-nous détecter des maladies grâce à eux? Voir guérir? C’est le sujet de recherche d’Anna Heintz du LCSB.

En général, nous n’avons pas encore beaucoup de connaissances sur les microorganismes. Heintz et son équipe aimeraient changer cela. Ils étudient les microorganismes, donc des bactéries ou d’autres organismes unicellulaires dans leur environnement.
Plus précisément, Anna Heintz s’intéresse aux microorganismes dans l'intestin. Par conséquent, elle examine des échantillons de selles, depuis lesquelles elle peut isoler des des microorganismes et leurs composants, tels que leur ADN.

Analyser des vastes quantités de données

"Nous disposons aujourd’hui de méthodes très modernes pour l'analyse de l'ADN. Cela produit des vastes quantités de données. Il faut des ordinateurs très puissants pour traiter ces données. Par conséquent, une grande partie de mon travail se déroule en face de l'ordinateur», dit Anna Heintz. Les analyses permettent d'identifier les organismes avec lesquelles les chercheurs travaillent.

Mais cela ne suffit pas: «Si nous voulons comprendre l'impact que ces petites créatures ont dans nos intestins et sur notre santé ou sur le développement de maladies chez les gens - alors nous devons examiner de manière précise ce qu'ils font», déclare la biologiste.

Comprendre ce que les microorganismes font

Les chercheurs obtiennent des informations sur ce que ces organismes font en analysant l’ADN de ces derniers – l’ADN représente une sorte de boîte à outils qui permet de regarder à l’intérieur d’un organisme. À cette fin, Anna Heintz a développé de nouvelles méthodes au laboratoire et sur l’ordinateur.

Anna Heintz espère que nous pourrions utiliser le potentiel de nos micro-organismes, que nous commençons tout juste à comprendre pour vivre en meilleure santé et prévenir des maladies telles que le diabète ou les maladies cardiovasculaires.

Autor: Jean-Paul Bertemes (FNR), Anna Heintz
Video: MOAST

 

Infobox

Meet the scientists

The new video series on science.lu: Meet some scientists in their everyday life and discover what their research is about.

Aussi intéréssant

Portrait « Une réussite pour le Luxembourg et notre groupe de recherche »

Des scientifiques du Luxembourg Institute of Health (LIH) ont reçu le Prix Galien pour leur contribution exceptionnelle ...

LIH
Highly Cited Researchers Le travail multidisciplinaire de Stéphane Bordas, cité encore et toujours

Les travaux de certains scientifiques sont très souvent cités dans les publications. Stéphane Bordas, Professeur d'unive...

Médecine L’hypnose en milieu médical, pour quoi et quelle efficacité ?

L’hypnose est de plus en plus souvent utilisée pour atténuer p.ex. la douleur. Mais, le public est divisé quant à son ef...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Stroke and language How listening to a story can help us diagnose a language disorder

A Luxembourgish PhD student at KU Leuven summarises her research project in a 2-minute video.

Électrochimie La nanochimie sur une puce pour le traitement du cancer de prochaine génération

Les progrès réalisés en matière de fabrication et de criblage de molécules thérapeutiques pourraient nous rapprocher du rêve d’offrir à chaque patient atteint d’un cancer un traitement personnalisé.

child with mask
Update Étude de cohorte luxembourgeoise Predi-COVID étendue aux enfants

L'étude nationale éclaircira les facteurs de risque associés à la sévérité de la COVID-19 chez les plus jeunes

LIH
niveaux d'incidence Covid-19 Les taux d’incidence de la COVID-19 par pays - Une vision biaisée

Selon des scientifiq. luxembourgeois, qui se sont basés sur une analyse de chiffres européens, un pays ne devrait pas être classé comme zone à haut risque uniquement sur base des niveaux d’incidence.