Contact-tracing-app

shotshop.com

Les applications de suivi géographiques (« tracking ») et les applications de suivi des contacts (« contact tracing ») ne sont pas la même chose.

Avec le verrouillage actuel, de nombreux gouvernements ont sévèrement restreint le droit fondamental à la liberté de circulation des personnes. Une mesure qui était nécessaire pour empêcher l'effondrement de nos systèmes de santé dans la lutte contre le virus du SRAS-CoV-2. Il y a suffisamment d'études pour montrer ce qui se serait passé si les gouvernements n'avaient rien fait. Ces scénarios n'étaient tout simplement pas une option. Mais maintenant, il est important de retrouver progressivement le chemin vers la normalité. Mais comment ?

Les applications de suivi géographique et les applications de suivi des contacts sont actuellement en discussion. Ils sont conçus pour aider à garder le virus sous contrôle - ce qui est une condition préalable pour assouplir les restrictions à la liberté de mouvement du verrouillage. Mais à quel point aident-ils ? Et de nombreuses personnes restent sceptiques : qu'en est-il de la protection des données ?

Tant à l'avance: les applications de suivi géographiques (« tracking ») et les applications de suivi des contacts (« contact tracing ») ne sont pas la même chose. Et non, la protection des données ne doit pas être sacrifiée dans la lutte contre Covid-19 ! Et ce n'est pas du tout nécessaire. Les discussions sur les applications de suivi géographique et de suivi des contacts se passent parfois comme s'il n'y avait qu'une seule option : si on utilise une de ces applications, alors il n’y a aucune protection des données.

Mais la réalité est que de nombreux systèmes et processus différents sont actuellement discutés, développés et testés pour enrayer l'épidémie - avec ou sans l'aide de la technologie. Certains sont conformes au GDPR, d'autres ne le sont pas. Certains sont compatibles avec la compréhension européenne de la protection de la vie privée, d'autres ne le sont pas. Il y a actuellement un débat sur ce qui est acceptable pour les politiciens, les citoyens et les chercheurs et ce qui ne l'est pas.

En termes d'applications, de nombreuses organisations s'expriment actuellement plus concrètement, telles que le Chaos Computer Club, “Reporter ohne Grenzen” ou la Commission européenne dans leur exposé de position „Coronavirus: An EU approach for efficient contact tracing apps to support gradual lifting of confinement measures“.

Il est également nécessaire que les gens fassent confiance à une éventuelle application de suivi des contacts. Car une chose est sûre : les avantages d'une application de suivi des contacts sont nuls si personne ne l'utilise. Mais pourraient-ils devenir des outils très utiles pour les gouvernements s'ils respectent la protection des données, travaillent au-delà des frontières, sont acceptés par la population et sont sûrs ?

Voici les questions et réponses les plus importantes sur ce sujet :

Informations générales : de quoi s’agit-il ?

Dans le contexte d'éventuelles stratégies de sortie du verrouillage, ce qui suit s'applique : Nous, en tant que société, devons garder le contrôle du virus. La lutte contre les épidémies se déroule en deux phases : dans la première phase (confinement), ceux qui sont positifs et leurs contacts sont spécifiquement identifiés et mis en quarantaine. Cependant, les capacités des autorités sont limitées ici. Dès qu'il y a trop de cas, la phase 2 (atténuation) intervient: toute la société est pour ainsi dire mise en quarantaine.

Si nous voulons revenir à la « normalité » en tant que société, nous devons revenir à la phase 1.

A noter: lorsque la société luxembourgeoise était encore libre de se déplacer, il n'y avait que quelques cas. Par exemple, le 16 mars, lorsque les écoles ont fermé, il n'y avait « que » 81 personnes testées positives. Depuis lors, la phase 1 a apparemment cessé de fonctionner.

À l’heure actuelle, nous comptons plus de 3000 personnes testées positives au Luxembourg.

Maintenant que nous sommes dans un nombre plus élevé de cas, il est important que nous trouvions d'autres méthodes supplémentaires et de meilleure qualité pour contrôler le virus - si nous voulons prendre des mesures d'assouplissement qui ont un effet durable (un deuxième verrouillage devrait être évité en toutes circonstances).

La méthode précédemment utilisée : le suivi des contacts

Le suivi des contacts est une méthode épidémiologique médicale utilisée depuis des décennies pour lutter contre les épidémies virales. L'objectif est de suivre rapidement les chaînes d'infection et de les interrompre tôt.

Le suivi des contacts consiste à identifier tous les contacts récents d'une personne qui a été testée positive et à les mettre en quarantaine à domicile. Ces tâches sont généralement effectuées à la main par les autorités sanitaires, par appels téléphoniques, entretiens, questionnaires ... C'est-à-dire les fonctionnaires contactent la personne infectée et passent par tous ses contacts avec lui. Dans ce contexte, le virologue luxembourgeois Claude Muller a conseillé aux gens de tenir une sorte de journal dans lequel ils notaient avec qui ils étaient en contact. Ensuite, les autorités contactent alors tous les contacts de la personne testée positive.

À Singapour, la police est également impliquée dans ce processus par exemple, dotée de pouvoirs étendus. En Corée du Sud, les autorités suivent même les itinéraires et les contacts des personnes infectées en évaluant les informations provenant des caméras de surveillance, de l'utilisation des cartes de crédit et des téléphones portables.

Quoi qu'il en soit, en ce qui concerne le suivi des contacts, il existe des questions sur la protection des données. Cependant, c'est une méthode efficace. Voici une explication claire du suivi des contacts :

Le problème de la méthode « manuelle » : elle prend du temps et, compte tenu du nombre actuel de cas, accable les autorités. Une possibilité est d'augmenter la capacité des autorités. Certains pays ont récemment recruté des milliers de personnes pour aider les autorités à retrouver les contacts. Une autre option consiste à utiliser des aides techniques, telles que des applications.

Un autre problème du suivi de contacts « manuelle » : dans le cas de Covid-19, on court le risque d'être toujours un pas trop tard. Les dernières études médicales suggèrent qu'une personne infectée par le virus du SRAS-CoV-2 peut infecter d'autres personnes avant même de ressentir les premiers symptômes.

Voici une vidéo du World Economic Forum qui résume le suivi des contacts (manuellement et via l'application).

Quel est le risque si nous n'y arrivons pas assez rapidement ?

Si l'assouplissement des mesures actuelles augmente la liberté de mouvement des personnes, le risque d'une deuxième vague d'infection augmente. Cette deuxième vague pourrait être bien plus violente que la première. Parce qu’elle commencerait avec plus de personnes infectées que la première vague (qui a commencé avec un cas ou très peu de cas dans chaque pays) et ferait augmenter le nombre de nouvelles infections beaucoup plus rapidement.

Pourquoi de nombreux chercheurs demandent-ils l'utilisation d'applications de suivi des contacts pour enrayer la pandémie ?

Il s'agit de l'efficacité et de la rapidité du suivi des contacts. Dans une étude qui vient d'être publiée dans la revue scientifique Science, les scientifiques ont conclu que « la propagation du virus est trop rapide pour être contenue par le suivi manuel des contacts. Qu'il pourrait être contrôlé si ce processus était plus rapide et plus efficace et s'il se déroulerait à grande échelle. Une application de suivi des contacts qui crée une mémoire de contacts étroites et notifie instantanément les contacts des cas positifs peut permettre de contrôler l'épidémie si suffisamment de personnes l'utilisent. »

Pareillement, la Leopoldina, l'Académie nationale des sciences d'Allemagne, recommande d'étendre les systèmes traditionnels. Les scientifiques pensent que les applications de suivi des contacts et de suivi géographique pourraient aider à suivre les contacts d'un patient rapidement et automatiquement. Cela pourrait en faire le moyen de choix.

La Commission européen a également émis une recommandation pour une approche coordonnée de l'utilisation des applications de suivi dans la lutte contre Covid-19 (Coronavirus: Commission adopts Recommendation to support exit strategies through mobile data and apps).

Existe-t-il des exemples d'applications de suivi des contacts basées sur les directives du RGPD ?

L'organisation à but non lucratif Pan-European Privacy-Preserving Proximity Tracing, ou Pepp-PT, fondée en Suisse, veut trouver une solution d'application qui non seulement trouve les personnes de contact des personnes testées positives de manière efficace et rapide, mais respecte également la protection des données européenne. À cette fin, le consortium, qui compte actuellement plus de 130 membres de huit pays et qui comprend plusieurs instituts Fraunhofer, des universités et l'Institut allemand Robert Koch, développe une plate-forme logicielle sur laquelle des applications ultérieures peuvent être basées. La technologie de suivi repose sur la norme Bluetooth. En Allemagne, il y aura bientôt une application basée sur Pepp-PT.

Les deux sociétés américaines Apple et Google travaillent également ensemble sur une application qu'ils pourraient distribuer automatiquement avec une mise à jour de leurs systèmes d'exploitation. L'application devrait fonctionner de manière similaire au concept Pepp-PT.

Comment fonctionnent les systèmes Pepp-PT et Apple / Google ?

Chaque téléphone reçoit un numéro d'identification généré de manière aléatoire. Cette dernière change chaque jour et est constamment envoyée à tous les autres appareils à proximité via Bluetooth. Si un utilisateur de l'application est testé positif pour Covid-19, il le signale au système. Celui-ci est exploité par les autorités sanitaires et reconnaît automatiquement les identifiants des utilisateurs proches de la personne concernée. Il leur envoie un message leur demandant de se faire tester pour Covid-19. Les recommandations de l'Institut Robert Koch devraient être suivies. Ils disent que toute personne qui reste au moins 15 minutes à moins de deux mètres d'une personne infectée court le plus grand risque d'infection.

Dans quelle mesure les procédures (Pepp-PT en particulier) peuvent-elles être utilisées au-delà des frontières ?

Le gouvernement allemand considère le "mécanisme d'échange transfrontalier anonyme" comme une exigence importante à laquelle doit répondre une application de suivi des contacts. Le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel a également souligné que, le cas échéant, seule une application qui pouvait fonctionner au-delà des frontières pourrait être considérée. Avec tous les frontaliers au Luxembourg, une application n'aurait guère d'autre utilité.

Cette fonctionnalité est ancrée dans le manifeste du projet PEPP-PT. Il dit: "La technologie sous-jacente, qui est développée en échange constant avec des experts et des éthiciens de la protection des données, devrait apporter une contribution importante pour permettre une surveillance rapprochée transfrontalière tout en préservant la confidentialité."

Qu'en est-il de la protection des données avec de tels systèmes ?

Le concept Pepp-PT et celui d'Apple et de Google prévoient que le suivi est complètement anonyme. Les données suggérant l'utilisateur ou son emplacement ne devraient pas être collectées dans l'une ou l'autre approche. Les données de traçage elles-mêmes devraient être stockées sur l'appareil de l'utilisateur, mais pas chez Apple ou Google. De plus, l'utilisation de l'application doit être volontaire.

Les données devraient être enregistrées sur les appareils. Existe-t-il d’ores et déjà des réglementations légales concernant qui peut lire les données et à quoi elles peuvent ensuite être utilisées?

Une liste encodée avec les identifiants temporaires de tous les autres smartphones que l'utilisateur rencontre est stockée sur les appareils finaux (smartphones). Ces données ne fournissent aucune conclusion quant à l'identité des personnes de contact. La technologie PEPP-PT ne prévoit de partager cette liste que si l'utilisateur de l'application a reçu un résultat de test positif officiellement confirmé sur Covid-19. Il doit alors expressément consentir à la révélation de ses rencontres.

Il existe deux façons d'avertir la personne de contact : une solution centrale et une solution décentralisée. La première fonctionne via un serveur central. Ce dernier utilise des PushToken pour contacter les smartphones avec les ID enregistrés. Chaque application génère un PushToken lors de l'installation et le transmet au serveur. Cette variante est actuellement privilégiée en Allemagne.

Avec cette approche, les critiques voient la possibilité qu'un organisme central puisse briser l'anonymisation des données avec un effort suffisant. Par exemple, des graphiques sociaux pourraient être créés qui montrent comment les IDs ont été infectés les uns les autres et ces données pourraient être mises en lien avec d'autres, par exemple de réseaux sociaux.

La version décentralisée a été développée au sein du concept PEPP-PT sous le nom de “Decentralized Privacy-Preserving Proximity Tracing (DP3T)”. Il n'y a pas de serveur central ici. Après un résultat de test positif et l'approbation de l'utilisateur, l'ID serait transmis à l'ensemble du réseau. Les applications de tous les autres utilisateurs pouvaient alors automatiquement tirer des conclusions quant à l'existence d'un contact avec la personne infectée. L'approche décentralisée est considérée par le Chaos Computer Club, entre autres, comme une exigence élémentaire pour une application de suivi.

Entre-temps, l'approche décentralisée a été supprimée des publications du groupe PEPP-PT. En conséquence, Marcel Salathé, co-initiateur PEPP-PT de l'EPFL à Lausanne, a annoncé son retrait du projet PEPP-PT via Twitter le 17 avril 2020 et se concentrera désormais entièrement sur l'approche décentralisée #DP3T. Son but : être encore plus ouvert et encore plus transparent.

Quelles sont les préoccupations du point de vue de la cybersécurité ? Quelle est la vulnérabilité de la technologie Bluetooth ?

Pour la variante décentralisée, ses développeurs avaient signalé eux-mêmes les risques de sécurité existants. Ces informations permettent à un attaquant de connaître le pourcentage de personnes infectées au même endroit. Pour ce faire, il doit collecter les IDs des personnes de passage dans un endroit très fréquenté. S'il combine cela avec les enregistrements d'une caméra vidéo, il pourrait théoriquement attribuer à nouveau les données anonymisées à des personnes spécifiques. Les développeurs ont fourni une proposition de solution correspondante sur Twitter quelques jours plus tard.

Il n'existe pratiquement pas de technologie moderne pilotée par logiciel pour laquelle des vulnérabilités pouvant être utilisées pour les cyberattaques n’ont pas été détectées. La technologie Bluetooth ne fait pas exception. Début 2020, des chercheurs en sécurité de Taïwan ont signalé 12 points faibles dans la technologie Bluetooth-Low-Energy, qui serait également utilisée pour PEPP-PT. Onze de ces vulnérabilités pourraient être utilisées pour geler les appareils ou forcer un redémarrage. Le douzième donne à un attaquant éventuel un accès en lecture et en écriture à l'appareil. Si des vulnérabilités sont identifiées comme des passerelles pour les cyberattaques, des correctifs les ferment généralement relativement rapidement. Par exemple, la vulnérabilité Blueborne a été rapidement corrigée via un correctif en 2017, mais un an plus tard, les experts ont supposé que plus de 2 milliards des 5,3 milliards d'appareils affectés à l'époque n'étaient toujours pas corrigés.

Quelles autres préoccupations y a-t-il avec ces applications de suivi des contacts ? Et y a-t-il des déclarations / estimations / calculs sur la fréquence avec laquelle des rapports "faux positifs" peuvent se produire ?

Le Forum des informaticiens pour la paix et la responsabilité sociale souligne que la participation volontaire, sur lequel un accent est mis, ne sera en pratique pas applicable. Dans une prise de position, ils ont suggéré que l'application pourrait devenir une forme d'identification sans laquelle personne ne pourrait entrer dans un bâtiment public ou assister à un événement. Les entreprises dont les employés utilisent l'application pourraient également être préférées pour une reprise du travail. Dans ce cas, les employés n'auraient guère la possibilité de décider librement.

Les auteurs de l'article considèrent également que le traitement des résultats faussement positifs est risqué. Ceux-ci peuvent survenir lorsque deux téléphones portables communiquent à travers le mur d'un bâtiment. La distance minimale pour une infection ne serait alors pas respectée, mais l’infection serait empêchée par la maçonnerie. Dans de tels cas, la « personne de contact » devrait pouvoir s'opposer à une quarantaine ordonnée. Une déclaration à ce sujet figure actuellement dans l'analyse d'impact sur la protection des données du FIFF. Ils estiment: « Il existe un risque élevé d'événements d'exposition faussement enregistrés (faux positifs) qui entraînent une auto-isolation ou une mise en quarantaine incorrectement imposée (par exemple, une mesure de contact à travers le mur. » En fait, les murs en béton ne représentent pas une barrière absolue à la technologie Bluetooth. « L'efficacité et le taux d'erreur du système » sont actuellement étudiés dans le cadre d'un test sur le terrain réalisé par la Bundeswehr allemande. Les instituts Fraunhofer impliqués dans le PEPP-PT planifient également des tests.

Acceptation dans la population

Les experts voient un facteur important dans l'acceptation de l'application. Une application de suivi des contacts est un outil qui doit être utilisé en plus du suivi des contacts « manuel ». Plus les gens l'utilisent, mieux c'est. L'acceptation est élevée en France. Selon une enquête, 79% de la population a déclaré utiliser une telle application (48% sans hésitation, 31% probablement). En Allemagne, la population est plus sceptique. Environ 57,7 millions des quelque 80 millions d'habitants possèdent un téléphone portable. Cela correspond à environ 72%. Une enquête du Bayrischer Rundfunk a montré qu'environ 56% des propriétaires de smartphones utiliseraient volontairement une application de suivi. Ce serait un taux d'utilisation de 40% de la population totale. Nous ne savons pas encore quelle serait la situation au Luxembourg. En tout cas, on sait que de très nombreuses personnes au Luxembourg ont un téléphone portable, à savoir 94%.

Des applications sont-elles déjà utilisées comme aide dans le cadre de Covid-19 dans le système de santé luxembourgeois?

Aucune application de suivi géographique ou suivi de contacts est utilisée pour le moment. Mais l'application MAELA est déjà utilisée. Voici un extrait du communiqué de presse du ministère de la Santé, de l'Agence e-Santé et de la compagnie nationale d'assurance maladie, qui décrit bien l'application:

« [MAELA] permet une surveillance médicale à distance de tous les patients dont le test COVID-19 a été positif; à la fois ceux qui sont à la maison isolés et ceux qui viennent de sortir de l'hôpital. De cette façon, il limite la propagation du virus et soulage les structures du système de santé, tandis que le patient est soigné par un personnel qualifié en toute sécurité. Une fois que le patient est inscrit volontairement dans ce système national de surveillance à distance (qui est effectué par l'hôpital au moment de la sortie ou par l'inspection sanitaire après avoir reçu des résultats de laboratoire positifs), le patient doit répondre à un court questionnaire médical tous les jours pendant 2 semaines. La prise en charge, réalisée par une équipe de spécialistes de l'autorité sanitaire, permet d'identifier un éventuel besoin de soins ou une aggravation de la situation du patient. »

Des aides techniques dans la lutte contre Covid-19 sont donc d’ores et déjà utilisées. Mais qu'en est-il des applications de suivi géographiques ou suivi de contacts actuellement largement discutées? Voici quelques questions et réponses.

Qu'est-ce qui distingue les applications de suivi géographiques (« Tracking Apps ») des applications de suivi de contacts (« Tracing Apps ») ?

Avec les applications de suivi géographique, la localisation d'un téléphone mobile et donc la personne qui le porte est surveillée. Pour ce faire, l'application utilise soit les données GPS du téléphone, soit les données de la cellule radio dans laquelle elle se trouve. Les deux ont des avantages et des inconvénients. Avec le GPS, le téléphone utilise des satellites pour déterminer sa position. Ceci est précis à quelques mètres près. Cependant, la plupart des bâtiments protègent les signaux satellites. Par exemple, si vous vous trouvez à la caisse d'un supermarché, le téléphone ne pourrait pas y reconnaître le signal GPS. De plus, l'utilisateur peut désactiver le GPS.

Cependant, cela n'est pas possible avec les données des cellules radio. Si le smartphone est allumé, il se connecte au réseau via le mât radio le plus proche. Cela signifie que l'opérateur de réseau sait où se trouve le propriétaire du téléphone. Cependant, seulement à 50 mètres près. Qui est trop imprécis pour identifier d'éventuelles personnes de contact. De plus, des profils de mouvement complets pourraient être créés à l'aide de ces deux méthodes.

En revanche, les applications de suivi des contacts s'appuient généralement sur Bluetooth. Cette technologie radio est installée sur la plupart des téléphones plus récents et leur permet de communiquer avec d'autres appareils compatibles Bluetooth, tels que des écouteurs sans fil, mais également d'autres téléphones sur une courte distance. Voici ce que les applications de suivi de contacts utilisent : lorsque deux téléphones se rencontrent, ils échangent des numéros d'identification. Cela permet de suivre les rencontres plus tard.

Dans sa recommandation, la Commission européenne fait explicitement référence aux applications de suivi de contacts. Pour l'Europe, c'est l'option la plus prometteuse car il est plus facile d'être en conformité avec les directives du RGPD.

Qui utilise actuellement les applications de suivi géographique ou suivi de contacts et qui travaille sur leur utilisation ?

De nombreux systèmes différents sont actuellement utilisés ou en cours de développement dans le monde. Comme nous le verrons, ils ne sont pas tous identiques - en termes de fonctionnalité, d'objectif et de protection des données.

Depuis début février, une application avec un code QR décide en Chine, décide si le propriétaire du smartphone peut se déplacer librement. L’application est construite selon le système de feux tricolores et doit être montrée lors de l'entrée dans les restaurants, les bâtiments publics ou les stations de métro. Seul un code vert permet l'accès, un code jaune mène à une quarantaine de sept jours et un code rouge représente un cas Covid19 confirmé.

En Corée du Sud, les données sur la santé et l'exercice de la population sont également surveillées depuis un certain temps à l'aide d'une application. Entre autres, cette dernière repose sur la saisie manuelle de paramètres de santé tels que la fièvre ou la toux, l'emplacement GPS et les données générées lors du paiement avec le téléphone. Les données sont lus dans le cas d’un test pour Covid-19. Toute personne en quarantaine est surveillée en permanence et de manière entièrement automatique.

En Israël, les données que les fournisseurs de télécommunications collectent depuis un certain nombre d'années sont évaluées par les services secrets nationaux lors d'un test positif du coronavirus. En plus des données de capteur du téléphone mobile, telles que l'accélération, les conditions d'éclairage ou les réseaux à proximité, des informations telles que les données de carte de crédit entrent également dans la recherche de personnes de contact. De plus, depuis la fin du mois de mars, une application du ministère de la Santé peut être installée volontairement.

Les pays européens ont progressé à des degrés différents sur le sujet de la « Corona app ». En Pologne, il est obligatoire d'installer une application si on est en quarantaine à domicile. Outre les personnes en contact avec les malades, ceci compte également pour des personnes venues de l'étranger. L'« application selfie » surveille l'emplacement, c'est donc une application de suivi. Plusieurs fois par jour, elle demande à l'utilisateur d'envoyer une photo de soi-même dans ses quatre murs aux autorités. En raison des données personnelles collectées au cours du processus, cette approche a été critiquée.

En République tchèque, une application utilise les données de mouvement pour prévoir où et quand des foules de personnes pourraient se former et fournit aux utilisateurs les informations appropriées. Le suivi est déjà utilisé en Slovaquie. Les utilisateurs de l'application restent anonymes. Un code est utilisé à la place d'un numéro de téléphone. Dans les deux pays, chacun est libre de décider d'installer et d'utiliser l'application.

Et comme déjà décrit ici, il y a l'initiative européenne Pepp-PT, qui travaille sur une application de suivi de contacts à travers la fonction Bluetooth.

Que dit l'UE des applications de suivi géographique et suivi de contacts ?

La Commission européenne s'est prononcée en faveur de l'utilisation des applications de suivis des contacts. Cependant, elle rejette la collecte de données de localisation comme incompatible avec les principes de protection des données. À cette fin, elle a développé un principe commun de l'UE. En plus du respect de la protection des données européenne et de l'utilisation volontaire, les applications devraient fonctionner de manière anonyme et également au-delà des frontières nationales. Il est également important que les chefs de projet derrière l'application sont des institutions publiques. Une telle application devrait également être désactivée dès que la crise aura été surmontée. D'ici la fin avril, les autorités sanitaires des pays membres devraient évaluer l'efficacité des applications dans leur pays.

Conclusion :

Même si dans certains pays, des données de santé complètes sont combinées avec des informations personnelles et un profil de mouvement complet, nous n'avons pas à sacrifier la protection des données en Europe afin de retrouver le droit fondamental à la liberté de mouvement. Avec les applications de suivi des contacts anonymisées, des options sont disponibles qui sont conformes à la protection des données européenne. Cependant, leurs avantages dépendent fortement de l'acceptation au sein de la population. Et il reste encore quelques questions à répondre concernant la mise en œuvre concrète et la sécurité.

Auteurs: Jean-Paul Bertemes (FNR), Kai Dürfeld (scienceRELATIONS)
Éditeur: Marc Schiltz (FNR)

Aussi intéréssant

CRISE CORONA Enquête « social distancing » : combien de contacts avons-nous en moyenne par jour ?

Contribution dans le cadre de la crise : Participez à l'enquête et aidez les scientifiques à déterminer comment nos inte...

CORONAVIRUS CRISIS Survey about "social distancing": What is our average daily contact with others?

You would like to help combat the current coronavirus-crisis? Take part in this survey and help researchers to find out ...

Nouveautés en science L’essentiel de l’actualité de la recherche au Luxembourg- août 2021

Qui est derrière la crise du logement au Luxembourg ? Découvrez cela dans notre tour d’actualités des résultats de la re...

Aussi dans cette rubrique

Covid-19
La meilleure protection immunitaire Quand est-on mieux protégé contre la Covid-19 : après le vaccin ou après une infection naturelle ?

Le vaccin contre le SARS-CoV-2 est censé entraîner le système immunitaire. Mais après avoir contracté la Covid-19, le corps développe aussi une protection immunitaire. Quand est-on mieux protégé ?

FNR, LIH
night sky with shooting stars
Perséides 2021 Pic de la pluie des étoiles filantes de l’été

Chaque année, les perséides peuvent être observées entre mi-juillet et fin août. Ce jeudi 12 août, on pourra observer jusqu’à 100 étoiles filantes par heure. A quoi doit-on ce magnifique spectacle?

FNR
flooded crops
Inondations Peut-on manger les fruits et légumes provenant des zones inondées ? 

De l’eau polluée a inondé des champs et des jardins. Les plantes peuvent-elles absorber des substances chimiques, des bactéries et des virus, voire le SARS-CoV-2 ?