Coronavirus

shotshop.com

Les coronavirus ont été identifiés pour la première fois au milieu des années 1960. La structure de sa coque extérieure rappelle une couronne ("corona").

Le nouveau coronavirus gagne du terrain, également en Europe. Beaucoup de gens s'inquiètent. Dans cette situation, il est très important que le public soit suffisamment et correctement informé. Nous voulons y contribuer - avec un résumé des faits les plus importants (état du 2 mars 2020). Nous soulignons que certaines des informations dans cet article risquent d'être bientôt obsolètes. Les chercheurs et les autorités du monde entier travaillent ensemble pour découvrir de nouvelles connaissances chaque jour. Par conséquent, nous recommandons (à la fin de l'article) quelques sources fiables pour pouvoir suivre la situation (voir l’infobox). Nous essaierons également de fournir de plus amples informations sur le sujet si nécessaire.

Qu'est-ce que le coronavirus et qu'est-ce que Covid-19?

Le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 (Severe Acute Respiratory Syndrome-Coronavirus-2) provoque la maladie Covid-19 (Corona virus disease 2019). Covid-19 est principalement une maladie respiratoire dont la gravité peut varier. La grande majorité des patients se rétablissent, mais dans certains cas, la maladie peut être fatale.

L'épidémie initialement locale-régionale de Covid-19 à Wuhan, en Chine, s'est propagée à de nombreux pays à travers le monde en février 2020. L'infection est désormais présente sur tous les continents à l'exception de l'Antarctique. Au Luxembourg, il y a maintenant le premier cas confirmé de coronavirus – il s’agit d’un homme qui a récemment séjourné en Italie. Selon les rapports, il se porte bien.

L'étendue de la propagation du virus est encore incertaine. Le European Center for Disease Prevention and Control (ECDC) évalue le risque actuellement comme suit (état au 2 mars 2020) : « bien qu'il s'agisse d'une maladie nouvelle et très contagieuse, lesflambées peuvent être traitées avec les mesures appropriées, et la grande majorité des personnes infectées se rétabliront. »

Quelle est la probabilité d'une pandémie Covid-19?

La probabilité que la maladie puisse encore être contenue a considérablement diminué fin février 2020. Ceci est indiqué par le nombre de cas qui s’accumulent et qui n'étaient initialement pas détectés (Italie, Iran) ou n'ont aucun lien évident avec la Chine. Le 24 février, l'Organisation Mondiale de Santé (OMS) ne parlait pas encore de pandémie (propagation transnationale et continentale d'une maladie infectieuse), mais acceptait que Covid-19 ait le potentiel d'une pandémie.

« Une pandémie se produit lorsque deux continents ou plus sont touchés. Et si le pathogène a non seulement été introduit sur ces continents, mais peut également se propager directement. Ces critères sont déjà remplis. L'OMS a également proclamé l'urgence sanitaire mondiale, ce qui signifie que tous les pays sont appelés à prendre les bonnes mesures en temps utile et à soutenir les pays particulièrement touchés », a déclaré Timo Ulrichs, professeur de santé mondiale à l'Akkon-Hochschule für Humanwissenschaften à Berlin au Science Media Center Germany le 26 février.

Selon le virologue Prof. Dr. Christian Drosten (ZDF, Maybritt Illner, 27/02/2020), une pandémie ne peut plus être évité. Cependant, une épidémie peut également être relativement inoffensive, constate le chercheur en infection Prof. Dr. Luka Cicin-Sain du Helmholtz-Zentrum für Infektionsforschung. Cicin-Sain cite la grippe de 2009, appelée la grippe porcine, à titre d'exemple. C'était une pandémie, avec une évolution relativement légère de l'infection.

À quel point le coronavirus est-il dangereux?

La question de la dangerosité d'un pathogène ne peut souvent être résolue de manière satisfaisante qu'après de longues investigations et des études épidémiologiques. La situation actuelle des données sur le SARS-CoV-2 est tellement provisoire que la science et les agences gouvernementales sont toujours très prudentes à s’exprimer sur ce sujet fin février 2020.

Pour une compréhension générale du danger : trois termes sont utilisés régulièrement, qui peuvent être facilement confondus et en même temps décrire des aspects très différents.

  • La morbidité est une caractéristique de l'épidémiologie, qui fixe le nombre d'infectés par rapport à la population du groupe de population considéré. Cela montre, par exemple, quel pourcentage de tous les Américains ou de tous les Luxembourgeois souffrent d'une certaine maladie.
  • Le terme mortalité, qui est fréquemment utilisé, décrit la proportion de patients décédés dans la population dans son ensemble (par exemple, "tous les Luxembourgeois").
  • Le taux de mortalité ou la létalité décrit la probabilité qu'une personne infectée meure de cette infection. La valeur de référence ici est donc le total de toutes les personnes malades.

En ce qui concerne les maladies infectieuses connues, telles que le virus de la grippe (Influenza) ou Ebola, une mortalité comparable peut résulter de morbidités et de létalités très différentes.

En ce qui concerne le pathogène SARS-CoV-2, les informations suivantes sont actuellement disponibles sur les aspects de la dangerosité :

Comment le virus se propage-t-il?

La transmission se propage d’homme à homme - comme pour les autres coronavirus - présumé principalement via les sécrétions des voies respiratoires  : lors d'éternuements ou de toux, les personnes malades distribuent de fines gouttelettes contenant le virus, ou transmettent des sécrétions nasales et pharyngées via les mains. Le SARS-CoV-2 a également été trouvé dans des échantillons de selles de certaines personnes infectées. Il n'a pas encore été définitivement clarifié si le virus peut également être transmise par voie fécale-orale. (état au 24 février 2020)

Le SARS-CoV-2 se multiplie dans les poumons et, contrairement au pathogène du SARS de 2002/2003, en particulier dans le pharynx (Prof. Dr. Christian Drosten, Charité, lors de la conférence de presse du SMC, 13 février 2020). À partir de là, les agents pathogènes peuvent être libérés du corps plus rapidement en éternuant, en toussant ou en se mouchant que s'ils se trouvent principalement dans les poumons. Par conséquent, le SARS-CoV-2 peut facilement pénétrer sur les surfaces et, à partir de là, atteindre des muqueuses via des infections par contact sur mains et ainsi infecter d'autres personnes.

Comme le SARS, le SARS-CoV-2 se lie au récepteur humain ACE2, qui se trouve (entre autres) dans les tissus des poumons. Cependant, la connexion est plus faible que celle de l'agent pathogène du SARS, ce qui pourrait rendre la transmission interhumaine plus difficile. Cependant, cela peut changer si le virus s’adapte davantage (SMC, 28.01.2020).

À quel point le virus est-il contagieux?

Actuellement, le risque d'infection par le SARS-CoV-2 ne peut être déterminé de manière fiable, car les chiffres officiellement publiés concernant le nombre de personnes infectées dans le monde doivent être considérés avec scepticisme. Il y a une forte probabilité que le nombre de maladies Covid-19 documentées soit nettement inférieur au nombre réel de maladies Covid-19. C'est ainsi que le virologue de Francfort Prof. Dr. Sandra Ciesek (Universitätsklinikum Frankfurt) assume un grand nombre de cas non signalés : Ciesek soupçonne que jusqu'à 80% de toutes les maladies sont « asymptomatiques ». Cela signifie que l'infection est si bénigne que les personnes infectées ne remarqueraient que très peu ou pas de symptômes du tout - et ne sont donc pas du tout testées pour le virus corona (conférence de presse du bureau de la santé de Francfort et de l'hôpital universitaire de Francfort le 28 février 2020).

La mesure dans laquelle un pathogène peut être transmis est appelée contagiosité. Un chiffre clé important pour cette transférabilité est la valeur dite R0 (« valeur zéro R »), qui décrit le taux de reproduction de base. La valeur R0 indique le nombre de personnes infectées en moyenne par une personne infectée.

Les valeurs estimées du taux de transmission du SARS-CoV-2 diffèrent actuellement considérablement. Les autorités chinoises signalent une valeur R0 comprise entre 1,5 et 3,5 (similaire au SARS, inférieure au MERS) (Imai N et al. (2020): Report 3: Transmissibility of 2019-nCoV. WHO Collaborating Centre for Infectious Disease Modelling, MRC Centre for Global Infectious Disease Analysis, J-IDEA, Imperial College London, UK). 

D'autres estimations supposent des valeurs plus élevées entre 3,6 et 4,0, c'est-à-dire plus élevées que le SARS et le MERS (Read JM et al. (2020): Novel coronavirus 2019-nCoV: early estimation of epidemiological parameters and epidemic predictions. medrxiv. DOI: 10.1101/2020.01.23.20018549v1), ou entre 3,3 et 5,7 (Zhao S et al. (2020): Preliminary estimation of the basic reproduction number of novel coronavirus(2019-nCoV)in China, from 2019 to 2020: A data-driven analysis in the early phase of the outbreak. bioRxiv. DOI: 10.1101/2020.01.23.916395v1).

Combien de temps une personne infectée est-elle contagieuse ?

Il est actuellement supposé que la période d'incubation peut durer jusqu'à 14 jours (état au 24 janvier 2020). La période d'incubation est le temps qui s'écoule entre l'infection par un pathogène et l'apparition des premiers symptômes. D'autres publications indiquent une période d'incubation plus courte de seulement cinq jours environ (Qun Li et al. Early Transmission Dynamics in Wuhan, China, of Novel Coronavirus–Infected Pneumonia, The New England Journal of Medicine).

Combien de personnes infectées meurent de la maladie virale?

Au 2 mars 2020, à 9 heures, un peu plus de 89 000 personnes dans le monde seraient infectées. Environ 3 000 personnes sont mortes de l'infection. Environ 45 000 personnes sont actuellement complètement rétablies et peuvent donc être considérées immunisées (site web Johns Hopkins CSSE).

Ces chiffres donnent une létalité mondiale moyenne d'environ 3,3% pour le SARS-CoV-2. Cependant, les chiffres varient actuellement considérablement d'un pays à l'autre et d'une région à l'autre, même en Chine. De nombreux experts et sources parlent depuis plusieurs semaines d’une mortalité aux alentours de 2%. La différence entre les chiffres actuels plus élevés et l'évaluation des experts a une raison principale : certes, de nombreux cours de la maladie de Covid-19 légère n'apparaissent pas actuellement dans les statistiques. Les personnes atteintes d'une maladie Covid-19 avec des symptomes légers ou même asymptomatique (sans symptômes) ne sont pas enregistrés comme malade parce qu'ils se sentent « seulement » enrhumés et ne se rendent pas chez le médecin. Selon les chiffres actuels de la Chine, Covid-19 se déroule bénin pour 80 personnes sur 100.

De plus : Le type de calcul le plus courant (« décédés parmi les infectés ») peut sous-estimer la létalité dans une épidémie aiguë, car parmi les infectés il y a encore des patients pour lesquels il n'est pas clair au début de l'épidémie s'ils vont guérir ou mourir malgré un traitement médical. (Fact Sheet SMC, 26.02.2020)

Ce n'est que plus tard, lorsque la flambée de la maladie aura diminué, que les statisticiens détermineront les nombres qui tiennent compte de ces incertitudes - et sont approximativement exacts. Néanmoins, les experts s'accordent déjà sur le fait que le coronavirus 2019 peut être classé comme beaucoup plus létal que la grippe à virus annuelle connue (Influenza).

Jusqu'à présent, les décès sont principalement survenus chez des patients de plus de 50 ans et / ou souffrant auparavant de maladies sous-jacentes chroniques. Le taux de mortalité le plus élevé (14,8%) est indiqué par les personnes de plus de 80 ans (consulté le 2 février 2020)

D'autres facteurs qui peuvent affecter la létalité d'un agent pathogène incluent l'état du système de santé affecté (équipement, surcharge), des facteurs socio-économiques et bien sûr: le changement du virus. Jusqu'à présent, lors de l'analyse de 124 génomes du SARS-CoV-2 de 19 pays, les experts n'ont trouvé aucune preuve de mutations significatives dans le génome qui affectent l'infectiosité ou la létalité du virus (SMC Fact Sheet, 26.02.2020)

Les survivants de l'infection sont-ils immunisés contre le virus après leur rétablissement ?

Après avoir survécu à la maladie de Covid-19, les personnes touchées sont à priori immunisées contre l'agent pathogène (Science Media Center, 28 janvier 2020). En Asie, cependant, les premiers cas de patients qui ont été testés positifs pour le SARS-CoV-2 après leur sortie de l'hôpital ont été signalés. Selon les experts, ceci pourrait avoir plusieurs raisons: les patients qui ne produisent pas suffisamment d'anticorps au cours de leur maladie de Covid-19 pour devenir immunisés contre le SARS-CoV-2 peuvent être re-infectés ; Le SARS-CoV-2 pourrait provoquer des symptômes en deux phases et se « reposer » dans le corps du patient ; certains des cas de réinfection en Chine pouvaient être attribués à des écarts entre des tests.

Conclusion : à quel point le virus est-il dangereux?

Les informations sur la morbidité et la mortalité n'ont actuellement guère de sens (fin février 2020) car le nombre de cas change toutes les heures et des infections ont été enregistrées pour la première fois dans de nombreux pays au cours des derniers jours de février 2020. Une augmentation significative du nombre d'infections et de décès documentés est très probable dans tous les pays européens.

Une première évaluation par les autorités sanitaires chinoises suggère que le risque de mourir du coronavirus diffère considérablement - en fonction de l'âge, du sexe et des maladies antérieures (WDR, Quarks, 27 février 2020). Pour l'analyse, les données de 44 000 personnes infectées par la coronavirus en provenance de Chine ont été évaluées. La conclusion : le risque pour les jeunes est très faible (0,2%, soit 2 morts pour 1000 infectés). À partir de 50 ans, le risque de mourir de l'infection augmente de manière significative - à environ 1,3%. Les personnes les plus à risque sont âgées de plus de 80 ans : 14,8% des personnes sont décédées. (Vital Surveillances: The Epidemiological Characteristics of an Outbreak of 2019 Novel Coronavirus Diseases (Covid-19) — China, 2020 (China CDC Weekly, 2020). La mesure dans laquelle ces chiffres peuvent être transférés en Europe est discutable. Néanmoins, ces évaluations fournissent une première approche de la répartition des risques à travers la structure d'âge.

Comment la dangerosité du coronavirus compare-t-elle à celle d’autres virus ?

La grippe porcine de 2009 (pandémie H1N1) avait une létalité estimée de 1 décès à 10 000 personnes infectées, soit 0,01%. En Allemagne, 226 000 personnes ont contracté la grippe porcine, dont 258 sont décédées. Dans le cas des vagues annuelles de grippe (Influenza), une létalité de 1 à 2 personnes décédées est estimée sur 1000 personnes infectées, soit 0,1 à 0,2%. Cependant, il y a eu, par exemple, la grippe appelée « grippe asiatique » en 1957, dans laquelle les experts supposent que la létalité était jusqu'à 5 morts pour 1000 personnes infectées, soit 0,5% (SMC 26.02.2020) t

Lors d'une conférence de presse organisée par l‘OMS, Bruce Aylward, chef d'une mission internationale conjointe, qui a voyagé en Chine pendant une semaine, a mentionné une létalité possible dans les régions de la Chine - sans l'épicentre du Hubei - de 0,7%, ce qui représenterait 7 décès pour 1000 personnes infectées. Dans quelle mesure cette létalité est également pertinente pour les pays européens ne peut actuellement pas être répondu. (SMC, 26.02.2020)

« Apparemment, le SARS-CoV-2 se comporte différemment du pathogène de la grippe (Influenza), est globalement moins contagieux, mais peut entraîner des maladies graves dans certains groupes de population sensibles », selon un fact sheet du Science Media Center du 26 février 2020.

Les agents pathogènes tels que le virus Ebola ont des létalités de plus de 50%. L'agent causal de la pandémie de SARS de 2002-2003 avait une létalité moyenne de près de 10%.

Le coronavirus SARS-CoV-2 s'est propagé à tous les continents sauf en Antarctique - le confinement apporte-t-il encore quelque chose?

Les stratégies de confinement, comme on les connait actuellement à Wuhan ou dans le nord de l'Italie, sont considérées comme des mesures efficaces pour interrompre la chaîne d'infection aux premiers stades de la propagation de l'infection. L'évolution actuelle de la propagation internationale du SARS-CoV-2 indique qu'une épidémie et une pandémie ne peuvent plus être évitées. Cependant, de nouvelles mesures d'isolement et de quarantaine ont encore du sens pour ralentir la propagation et ainsi soulager les systèmes d'approvisionnement médical et réduire les pics de propagation : les systèmes de santé sont plus chargés si de nombreuses personnes tombent malades en peu de temps. En revanche, la situation est plus facile à gérer si le nombre de maladies s'étend sur une plus longue période : les cabinets médicaux sont moins pleins; les agents de santé sont moins chargés. Dans ce cas, un nombre total de personnes malades plus faible peut également être attendu.

Comment pouvons-nous nous préparer? Symptômes, options de traitement et mesures de protection

Quels sont les symptômes?

Les symptômes d'une infection par le nouveau coronavirus SARS-CoV-2 varient de maladies respiratoires modérées à sévères avec fièvre, toux et difficultés respiratoires. Avec des cours graves ou critiques, c'est-à-dire mettant la vie en danger, des problèmes respiratoires et une pneumonie surviennent. Selon les chiffres des cas chinois, environ 6% des patients présentent un cours sévère et 14% un cours critique, c'est-à-dire potentiellement mortel de Covid-19. Il y a aussi des gens qui sont infectés et ne présentent aucun ou seulement des symptômes très légers, comme lors d’un rhume inoffensif. Cela complique bien sûr la surveillance locale et les mesures de confinement.

Que faire lors d’un soupçon d’une infection?

Si vous soupçonnez une infection par l'agent pathogène du SARS-CoV-2, vous devez d'abord éviter d'infecter d'autres personnes. Des mesures d'hygiène complètes doivent être suivies (voir ci-dessous). Avant d'appeler un médecin, les services téléphoniques doivent être utilisés. Au Luxembourg, les patients présentant des symptômes suspects doivent appeler l'Inspection sanitaire du Ministère de la Santé dans les heures de bureau (+352 247 85650), sinon le 112.

Update (04.03.2020) : Un numéro vert a également été mis en place pour le Luxembourg: 8002 8080

Comment le virus est-il diagnostiqué?

Si une infection par le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) est suspectée, l'Institut Robert Koch recommande de prélever des échantillons des voies respiratoires supérieures et inférieures en parallèle si possible. La détection est effectuée dans des laboratoires spéciaux en utilisant la méthode RT-PCR (Reverse Transcriptase Polymerase Chain Reaction). Cette méthode peut être utilisée pour détecter spécifiquement l'information génétique qui se trouve dans les virus à ARN.

Au Luxembourg, seul le Laboratoire national de santé est agréé par l’OMS pour le diagnostic du SARS-CoV-2.

Comment se passe la maladie de Covid-19?

Après infection par le SARS-CoV-2, pas toutes les maladies se déroulent grièvement. Dans les cas connus en Allemagne, les symptômes du rhume ont surtout été au premier plan : principalement des symptômes très légers et totalement inoffensifs, constate le virologue Prof. Dr. Christian Drosten de la Berliner Charité. (ZDF-Morgenmagazin, 24.2.20). En Europe, les cours problématiques surviennent principalement chez les personnes âgées ou les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

Quels médicaments peuvent aider à lutter contre Covid-19?

Une thérapie spécifique, c’est-à-dire contre le nouveau coronavirus lui-même, n'est actuellement pas disponible. Le traitement du Covid-19 se concentre donc sur les mesures de soutien en fonction de la gravité du tableau clinique (par exemple, administration d'oxygène, équilibrer l’hydratation, éventuellement des antibiotiques pour le traitement des infections bactériennes accompagnant Covid-19) ainsi que le traitement des maladies sous-jacentes. De cette façon, les personnes malades devraient être renforcées afin que leur corps puisse mieux faire face à Covid-19. (état au 4 février 2020)

Comment pouvons-nous nous protéger et protéger les autres?

Hygiène : comme pour la grippe (Influenza) et les autres infections respiratoires aiguës, l'étiquette de la toux et des éternuements, une bonne hygiène des mains et la distance aux malades (environ 2 mètres) protègent également contre la transmission du nouveau coronavirus. Face à la grippe saisonnière, ces mesures sont recommandables partout et à tout moment. (état au 24 février 2020)

Cela signifie que les gens ne devraient pas tousser ou éternuer dans leurs mains, mais plutôt dans le creux de leurs bras ou dans un mouchoir jetable. Les mouchoirs jetables utilisés doivent être jetés dès que possible. Il est fortement recommandé de se laver les mains régulièrement pendant au moins 20 secondes et d'utiliser du savon.

D’autres habitudes de protection qui valent la peine d'être développées : appuyez sur les boutons de l'élévateur avec une cheville au lieu du bout des doigts, évitez de vous serrer la main et de vous embrasser pour saluer / dire au revoir, ainsi que de toucher les yeux, le nez, la bouche avec des mains non lavées.

Le Ministère luxembourgeois de la Santé vous recommande également de rester à la maison en cas de maladie.

Masque : Si une personne souffrant d'une infection respiratoire aiguë (infection respiratoire) doit se déplacer dans l'espace public, le port d'un masque (par exemple un masque chirurgical) par cette personne peut être utile pour réduire le risque d'infecter les autres. Pour réduire le nombre de gouttelettes qui se produisent lors de la toux ou des éternuements (protection externe). Pour une efficacité optimale, il est important que le masque couvre le nez et la bouche (c'est-à-dire qu’il soit bien ajusté), changé lorsqu'il est mouillé et qu'aucune manipulation (même inconsciente) ne soit effectuée pendant le port.

Cependant, il n'y a pas suffisamment de preuves que le port d'un masque, par une personne en bonne santé, réduit considérablement le risque d'infection. Selon l'OMS, le port d'un masque dans des situations où cela n'est pas recommandé peut créer un faux sentiment de sécurité, qui peut négliger les mesures d'hygiène centrales telles qu'une bonne hygiène des mains.

Cela n'affecte pas les recommandations de port de masques respiratoires par le personnel médical en termes de sécurité au travail (état au 19 février 2020).

Fermetures d'écoles, annulation d'événements en cas de pandémie de grippe : Les fermetures d'écoles et l'annulation d'événements visent à maintenir les gens à distance, à prévenir la transmission du virus et à affaiblir la dynamique d'une pandémie. Les données à ce sujet proviennent presque exclusivement de la pandémie de grippe de 1918, dans laquelle les interdictions d'événements de masse et les fermetures d'écoles ont été largement utilisées. Bien que les données de 1918 suggèrent un certain effet de ces mesures, il est douteux qu'elles puissent être transférées à la situation actuelle.

Il existe des données et des modèles selon lesquels des fermetures précoces d’écoles à l’échelle nationale pourraient ralentir la propagation de la grippe. Ces fermetures soi-disant proactives d'écoles pourraient être envisagées lorsqu'une pandémie est très grave et que le taux de transmission chez les enfants est beaucoup plus élevé que chez les adultes. Cependant, la mise en balance de cette mesure est particulièrement difficile:  le calendrier (à quelle heure et pour combien de temps les écoles devraient être fermées) et la garde des enfants, qui pourraient entraîner une perte de travail pour les parents (y compris dans le secteur de la santé), seraient problématiques.

Lors de la pandémie de grippe porcine en 2009, les écoles n'ont été fermées que s'ils n'étaient plus en mesure de maintenir un fonctionnement scolaire régulier en raison de maladies parmi le personnel enseignant ou une grande partie des élèves (fermeture réactive de l'école), et non pas pour ralentir la propagation du virus.

Les systèmes de santé européens sont-ils bien préparés à une pandémie?

Le risque de surcharge des systèmes de santé dans l'UE et au Royaume-Uni par Covid-19 pendant la haute saison grippale est considéré comme faible à modéré. L'évaluation est basée sur le fait que le nombre de cas de Covid 19 signalés dans l'UE et au Royaume-Uni vers fin de février 2020 reste relativement faible. La probabilité d'une infection généralisée au plus fort de la saison grippale 2019-2020 est considérée comme faible. La grippe est toujours répandue, mais certains pays ont peut-être déjà dépassé le pic de forte prévalence de la grippe (Influenza).

Inversement, si une augmentation significative des cas de Covid-19 coïncidait avec une activité grippale élevée, l'impact potentiel sur les systèmes de santé serait modéré à élevé. L'augmentation du nombre de cas nécessiterait des ressources supplémentaires pour les tests, la gestion des cas, la surveillance et le suivi des contacts. Une transmission accrue pourrait exercer une pression supplémentaire sur les systèmes de santé. Cette situation s'aggraverait si un nombre important de travailleurs de la santé étaient infectés. (état au 27.2.20).

On peut supposer que cela s'applique également au Luxembourg.

Les mesures visant à contenir l'épidémie revêtent donc aujourd'hui une grande importance. Si le virus continue de s'établir et de se répandre largement dans la population, les mesures de confinement actuelles pourraient ne plus être une utilisation efficace des ressources. Dans ce cas, selon l'ECDC, des mesures coordonnées devraient être prises pour soulager le système de santé de l'UE et du Royaume-Uni et ainsi protéger la santé de tous les citoyens et en particulier des groupes les plus vulnérables.

Plus d'informations sur le coronavirus sur science.lu peuvent être trouvées ici :

Infobox

Qu’est-ce qu’un virus ?

Les virus sont constitués d'une ou plusieurs molécules d'ADN ou d'ARN et sont parfois entourés d'une enveloppe protéique. Les molécules d'ADN ou d'ARN contiennent les informations pour la multiplication des virus. Dans le nouveau coronavirus SARS-CoV-2, les molécules d'ARN sont porteuses d'informations génétiques («virus à ARN»). Contrairement aux bactéries, les virus ne forment pas de cellules biologiques, n'ont pas leur propre métabolisme, leur propre système énergétique ou la possibilité de synthèse de protéines. Pour le métabolisme, la production d'énergie ou la synthèse des protéines, ils dépendent des êtres vivants (hôtes) qui les infectent. À proprement parler, les virus ne sont donc pas des êtres vivants. Plus d'infos ici.

Qu’est-ce qu’un virus à ARN ?

Les virus à ARN ont un taux de mutation plus élevé que les virus à ADN. Les systèmes de réparation sont utilisés pour la duplication des molécules d'ADN. Ils corrigent toutes les erreurs survenues lors de la duplication de l'ADN. De tels systèmes de réparation n'existent pas lorsque l'ARN est reproduit. Les erreurs sont "portées" comme des mutations. En conséquence, les virus à ARN changent généralement rapidement. Plus d'infos ici.

Qu’est-ce qu’un coronavirus ?

Les coronavirus ont été identifiés pour la première fois au milieu des années 1960. La structure de sa coque extérieure rappelle une couronne ("corona"). Les coronavirus peuvent infecter les humains et divers animaux, y compris les oiseaux et les mammifères. Seuls quelques coronavirus se sont adaptés aux humains - si cela s'est produit, cependant, cela a été un grand succès : les coronavirus provoquent un tiers des rhumes typiques, plutôt inoffensifs, mais aussi des maladies potentiellement mortelles telles que le Middle East Respiratory Syndrome  (MERS) ou le Severe Acute Respiratory Syndrome (SARS). Dans le passé, les maladies graves causées par des coronavirus tels que le SARS ou le MERS étaient moins facilement transmissibles que la grippe (Influenza), mais elles ont néanmoins conduit à des épidémies majeures. Plus d'infos ici.

L’origine du virus SARS-CoV-2

L'origine exacte du virus du SARS-CoV-2 est encore inconnue (état : fin février 2020). Une "transmission ponctuelle" d'un animal à l’homme avec une transmission interhumaine ultérieure est probable (SMC, 28.01.2020).

L'agence chinoise de la santé a détecté le SARS-CoV-2 dans 33 des 585 échantillons prélevés au Huanan Seafood Market à Wuhan können (Yan L (2020): China detects large quantity of novel coronavirus at Wuhan seafood market. ecns.cn. (27.01.2020). Cependant, le cas qui était auparavant considéré comme le premier infecté (symptôme au 1er décembre 2019) n'a aucun lien avec le marché, ce qui soulève des questions sur un début possible plus précoce de l'épidémie (Huang C et al. (2020): Clinical features of patients infected with 2019 novel coronavirus in Wuhan, China. The Lancet. DOI: 10.1016/S0140-6736(20)30183-5).

Épidémie et pandémie

Une épidémie est une maladie infectieuse grave, limitée dans le temps et au niveau local (régional). Une pandémie est un fléau répandu qui affecte des pays, des régions ou même des continents entiers. Plus d'infos ici.

Auteurs : Hannes Schlender & Dirk Hans (scienceRELATIONS)
Rédaction : Michèle Weber & Jean-Paul Bertemes (FNR)

Infobox

Sources fiables d'informations sur le SARS-CoV-2 et Covid-19

Nous recommandons les institutions suivantes comme adresses de référence pour des informations fiables :

Aussi intéréssant

CRISE CORONA Enquête « social distancing » : combien de contacts avons-nous en moyenne par jour ?

Contribution dans le cadre de la crise : Participez à l'enquête et aidez les scientifiques à déterminer comment nos inte...

CORONAVIRUS CRISIS Survey about "social distancing": What is our average daily contact with others?

You would like to help combat the current coronavirus-crisis? Take part in this survey and help researchers to find out ...

Nouveautés en science L’essentiel de l’actualité de la recherche au Luxembourg- août 2021

Qui est derrière la crise du logement au Luxembourg ? Découvrez cela dans notre tour d’actualités des résultats de la re...

Aussi dans cette rubrique

Covid-19
La meilleure protection immunitaire Quand est-on mieux protégé contre la Covid-19 : après le vaccin ou après une infection naturelle ?

Le vaccin contre le SARS-CoV-2 est censé entraîner le système immunitaire. Mais après avoir contracté la Covid-19, le corps développe aussi une protection immunitaire. Quand est-on mieux protégé ?

FNR, LIH
night sky with shooting stars
Perséides 2021 Pic de la pluie des étoiles filantes de l’été

Chaque année, les perséides peuvent être observées entre mi-juillet et fin août. Ce jeudi 12 août, on pourra observer jusqu’à 100 étoiles filantes par heure. A quoi doit-on ce magnifique spectacle?

FNR
flooded crops
Inondations Peut-on manger les fruits et légumes provenant des zones inondées ? 

De l’eau polluée a inondé des champs et des jardins. Les plantes peuvent-elles absorber des substances chimiques, des bactéries et des virus, voire le SARS-CoV-2 ?