Les détails de la stratégie de tests à grande échelle, qui débutera mercredi, ont été présentés lors d'une conférence de presse la semaine dernière. Dans le cadre de la levée des restrictions de sortie, le Luxembourg offre à ses résidents et frontaliers la possibilité de se faire tester pour la présence d'une infection active avec le SRAS-CoV-2 à l'aide d'un test PCR (Rachan swab). L'objectif est de freiner la propagation du nouveau virus corona grâce à des tests volontaires étendus.

Tous nos articles précédents sur le sujet ont suscité beaucoup d'intérêt sur notre page Facebook et nos lecteurs ont posé beaucoup de questions. Tant et si bien qu'à un moment donné, nous n'avons pas pu répondre à chaque lecteur individuellement. Nous avons donc décidé de rassembler toutes ces questions et d'y répondre à un maximum dans un article FAQ. Cet article est destiné à fournir un aperçu et, espérons-le, à répondre à la majorité des questions les plus importantes. Si vous avez encore des questions, écrivez-nous. Nous faisons de notre mieux pour répondre à toutes les questions.

Avertissement: Ce texte sera mis à jour régulièrement.

Pourquoi les test à grande échelle ont-ils un sens?

Des tests complets sont une mesure efficace pour la santé publique pour interrompre la chaîne d'infections et ainsi réduire le nombre de nouvelles infections. Pour pouvoir lever les restrictions de sortie et ne pas risquer de refermer le verrouillage, il est important de maîtriser le nombre de nouvelles infections.

Au début de la pandémie au Luxembourg, nous avions déjà un niveau d'infections élevé au Luxembourg par rapport à la taille de la population. De plus, nous savons maintenant que la majorité des personnes infectées ne présentent aucun symptôme (environ 80% des personnes infectées, selon des estimations). Selon l'étude CON-VINCE, en plus des cas actuellement confirmés, il y a encore environ 1500 personnes porteuses du virus mais asymptomatiques (état du 7 mai 2020). Cela signifie qu'ils portent le virus sans développer de symptômes, mais peuvent toujours infecter d'autres personnes.

Jusqu'à présent, toutes les personnes ont eu peu de contacts avec les autres lors du verrouillage. Cependant, dès que les contacts augmentent à nouveau, la probabilité d'infecter d'autres augmente également de nouveau. Si les mesures sont assouplies, le nombre d'infections pourrait donc augmenter à nouveau rapidement. Notre système de santé risque alors à nouveau d'être dans une situation critique dans laquelle tout le monde ne peut pas être traité de manière adéquate. Les tests permettent d'identifier les porteurs de virus asymptomatiques, qui resteront alors à la maison pendant 2 semaines. Cela les empêche d'infecter d’autres personnes et on peut également informer et tester leurs contacts afin d'interrompre des chaînes d'infection à un stade précoce.

Plus d'infos sur l'idée derrière les tests à grande échelle dans cet article:

Une seconde vague peut-elle être évitée de cette manière?

Les tests à grande échelle aident à prévenir les chaînes d'infection et constituent donc une mesure importante parmi plusieurs pour réduire la probabilité d'une deuxième vague.

Il est important pour de nombreuses raisons que les restrictions de sortie soient progressivement levées et que nous apprenions à vivre avec le virus.

Cependant, nous devons supposer que l'augmentation des contacts entraînera davantage d'infections. Le nombre dépendra de l'adhésion de chacun aux mesures d'hygiène et du nombre de personnes pouvant être testées. Plus nous pouvons effectuer de tests, plus nous pouvons briser les chaînes d'infection et plus le nombre de nouvelles infections pouvant conduire à une deuxième vague est faible.

Est-ce que tout cela est pour nous faire peur en ce moment? Le nombre de nouvelles infections semble désormais gérable?

Il est vrai que le Luxembourg a bien résisté à la crise jusqu'à présent. Cela donne des raisons d'être optimiste. Mais nous ne devons pas oublier que sans mesures de sécurité, le virus se propage de façon exponentielle. C'est à dire, quelques cas individuels peuvent rapidement devenir des centaines, des milliers de cas. Cela devrait être évité afin que nous n'ayons pas à revenir dans un verrouillage. Les tests permettent d'identifier les porteurs de virus asymptomatiques qui restent à la maison pendant 2 semaines. Cela les empêche d'infecter les autres et peut également informer et tester leurs contacts afin d'interrompre les chaînes d'infection à un stade précoce.

La stratégie des tests à grande échelle n’est pas de nous faire paniquer. Au contraire, il s'agit d'introduire une mesure supplémentaire qui nous permettra de retrouver un peu plus de normalité plus rapidement et en toute sécurité.

Le test est-il vraiment effectué par prélèvement de gorge ?

Oui ! Dans les tests à grande échelle, les tests PCR sont effectués par prélèvement de gorge. Cependant, ce qui crée confusion : si le test PCR vous est prescrit par un médecin ou si vous participez à l'étude CON-VINCE, il est possible que le test soit effectué par le nez. Mais comme dit, dans les tests à grande échelle, le test est effectué par un prélèvement de gorge. 

Pourquoi tous les membres de ma famille / mes collègues de travail / mes amis ne reçoivent-ils pas une invitation en même temps ?

Certaines personnes de votre lieu de travail, de votre quartier ou de votre ménage ont peut-être déjà été invitées, d'autres non. Pourquoi en est-il ainsi ? La stratégie de test à grande échelle divise les personnes en groupes représentatifs, selon le secteur d'activité dans lequel vous travaillez ou la région dans laquelle vous vivez. Ces lettres garantissent que chaque groupe est représentatif et peut donc fournir des informations précieuses sur la propagation du virus. D'autre part, les lettres permettent d'inviter tous les citoyens sur une période de plusieurs semaines : Plutôt que de tester toute la population en même temps, cela permet de s'assurer que quelqu'un de votre entourage est testé chaque semaine. Il s'agit donc d'assurer une meilleure protection de la population. 

Il est donc tout à fait intentionnel que les personnes qui sont en contact étroit les unes avec les autres ne soient pas nécessairement invitées au test en même temps. 

Quel est l’avantage pour moi de me faire tester?

D'un côté, le test fournira bien sûr des informations sur votre état de santé personnel: positif signifie que vous êtes actuellement infecté par le virus du SRAS-CoV-2, négatif signifie que vous n'avez actuellement pas d’infection (le test ne peut pas déterminer si vous avez déjà été en contact avec le virus si vous n’avez actuellement plus d’infection - seuls les tests d'anticorps peuvent donner une indication d’infections dans le passé).

Les tests à grande échelle ne concernent pas seulement l'individu, mais principalement la population dans son ensemble. Avec chaque porteur de virus asymptomatique qui peut être identifié par le test puis mis en quarantaine à la maison pendant encore deux semaines, le risque d'infection pour tout le monde diminue. De cette façon, chaque individu peut aider à identifier les chaînes d'infection à un stade précoce et à protéger sa famille, ses amis, ses collègues de travail et en particulier les groupes à risque d'une infection potentielle.

Pour l'individu, un résultat de test négatif ne signifie pas, bien sûr, que la personne n'a plus à respecter les mesures d'hygiène habituelles. Les mesures de protection continuent de s'appliquer à tout le monde: se laver les mains, garder la distance, porter un masque (si nécessaire), respecter l'étiquette d'éternuement et de toux, etc.

À quoi servent ces tests à grande échelle si je suis testé négatif aujourd'hui et que je peux quand même être infecté 2 jours plus tard?

En théorie, bien sûr, il serait préférable que tout le monde soit testé tous les jours. Mais cela n'est pas possible pour des raisons logistiques / pratiques. Néanmoins, le principe du «tout ou rien» ne s'applique pas ici, mais le principe suivant: plus on teste, plus on peut éviter de nouvelles infections car les tests identifient et isolent plus de personnes potentiellement contagieuses. La stratégie des tests ne signifie pas une protection à 100% pour tout le monde. Mais toute mesure permettant de prévenir de nouvelles infections améliore la situation et la santé publique. Et la stratégie des tests y contribue clairement – cela est scientifiquement incontesté. Les tests sont particulièrement important pour les groupes professionnels avec beaucoup de contacts personnels (par exemple les infirmières, les coiffeurs, etc.), car ils pourraient transmettre l'infection à un nombre élevé de personnes grâce à leur travail. Il ne s'agit donc pas d'une seule personne ne pouvant plus être infectée, mais de réduire le risque global. Dès qu’on constate que le pourcentage de personnes infectées dans un échantillon représentatif augmente à nouveau, on peut tester à nouveau à grande échelle pour minimiser davantage le risque.

Comme la stratégie de test à grande échelle ne teste pas tous les habitants et frontaliers du Luxembourg en même temps, mais que le système est conçu de telle sorte que chaque semaine quelqu'un autour de nous soit testé, il se peut que je sois encore indirectement déterminé comme positif après mon test. Prenons le cas où je suis testé, que je suis négatif et que je m'infecte quelques jours plus tard - sans présentant aucun symptôme. Je pourrais alors infecter mon partenaire ou mon voisin. Si elle/il est testé peu de temps après et si elle/il est positif, je serai identifié via contact tracing, contacté et testé. Cette fois, je vais être testé positif. Le système de tests à grande échelle permet ainsi d'identifier de manière permanente les chaînes d'infection auxquelles chacun de nous peut appartenir, même après son propre test. 

Pourquoi des tests de PCR à grande échelle sont-ils proposés et non pas des tests d'anticorps ?

Les tests d'anticorps indiquent si une personne a déjà eu le virus et si elle est peut-être immunisée. Le résultat d’un tel test est surtout intéressant pour l’individu testé. S'il s'avère que vous êtes immunisé une fois que vous avez eu le virus, il serait intéressant pour l'individu de le savoir. Cependant, cela ne joue pas un rôle important pour la santé publique à l'heure actuelle. Parce que selon l'étude CON-VINCE, dans laquelle un groupe représentatif de la population a été testé pour la présence d'anticorps, seulement environ 2% de la population a actuellement développé des anticorps contre le virus du SRAS-CoV-2 (ce que l'on appelle également "séropositif'', état du 7 mai 2020). Nous sommes donc encore loin de l'immunité collective, qui n'aurait été atteinte qu'à environ 60%. Si nous effectuions maintenant des tests d'anticorps à grande échelle, nous n'obtiendrions qu'un très, très grand nombre de résultats négatifs et gaspillerions ainsi une grande quantité de ressources. Les tests d'anticorps à grande échelle n'ont du sens que si environ 30% de la population a déjà été en contact avec le virus. Car ce n'est que si une éventuelle immunité est répandue dans la population que cela a un effet significatif sur la propagation du virus et donc sur la santé publique.

Cependant, les tests PCR ont un effet sur la santé publique. Parce qu'ils permettent d'identifier les personnes actuellement infectées et donc contagieuses, puis de les renvoyer chez eux afin qu'ils n'infectent plus d'autres personnes. Ils évitent ainsi de nouvelles infections. Le but de cette phase initiale de levée des restrictions est de réduire au minimum le nombre de nouvelles infections.

Quelle est la fiabilité du test PCR?

En général, les tests PCR COVID-19 ont beaucoup été améliorés au cours des dernières semaines et ont considérablement augmenté leur sensibilité. Le test PCR utilisé dans les tests à grande échelle a une sensibilité de 100%, de sorte que même les plus petites quantités de virus peuvent être détectées. En conséquence, il y a très peu de résultats faux négatifs. Les tests conviennent donc également pour trouver des porteurs de virus asymptomatiques.

Quels échantillons sont prélevés pour le test PCR COVID-19?

Un frottis de la gorge est effectué à l'aide d'un coton-tige. Pour les tests à grande échelle, AUCUN échantillon n'est prélevé du nez - ce que de nombreux participants décrivent comme relativement désagréable. D'où le test plus "agréable" par prélèvement de gorge.

Une méthode de mise en commun (“pooling”) est utilisée pour augmenter la capacité de test. Qu'est-ce que cela veut dire?

La mise en commun (“pooling”) signifie que quatre tests sont évalués en même temps. Cela est possible car, dans l'ensemble, relativement peu de cas positifs sont attendus. Si l'analyse groupée est positive, les quatre échantillons sont à nouveau contrôlés séparément. Avec cette méthode, l'efficacité et donc la capacité des tests à grande échelle peuvent être augmentées tout en conservant la même qualité.

Comment garder le virus sous contrôle?

Il existe plusieurs façons de contrôler le nouveau virus corona:

• Une option consiste à limiter strictement les contacts physiques entre les personnes, comme c'était le cas lors du verrouillage.

• Une autre option consiste à prendre des mesures d'hygiène telles que les distances de sécurité, le port de masques faciaux et un lavage régulier et correct des mains. La solidarité et la discipline de l'ensemble de la population jouent ici un rôle important.

• Une autre consiste à utiliser des tests pour identifier et isoler ceux qui sont porteurs de virus et donc infectieux. Ce qui suit s'applique également ici: Se faire tester est avant tout une protection pour les autres. Je pourrais être contagieux sans le savoir.

• Il est également important de retracer les contacts des personnes identifiées positives et de les mettre en quarantaine par précaution. Cela peut être fait manuellement (comme c'est actuellement le cas au Luxembourg) ou avec l'aide supplémentaire d'une application.

• Un bon système de surveillance permet également de garder le virus sous contrôle. Il est donc important de garder un œil sur les chiffres pertinents tels que le nombre de reproduction, mais aussi de surveiller le nombre de lits de soins intensifs disponibles, le nombre de nouvelles infections, l'âge des nouveaux infectés, etc. Cela permet de prédire plus facilement le niveau de risque afin de permettre autant de déconfinement que possible. En même temps, cependant, on peut également reconnaître à un stade précoce lorsqu'une deuxième onde potentielle est en train de se former, ce qui, dans le pire des cas, entraînerait un nouveau verrouillage - ce qui devrait être évité.

Une combinaison des mesures ci-dessus est la plus efficace pour garder le nouveau virus corona sous contrôle.

Qu'est-ce que le suivi des contacts et quel rôle joue-t-il dans la stratégie des tests à grande échelle?

Le suivi des contacts signifie qu’on retrace les contacts d'une personne infectée et qu’on les demande également de rester à la maison et / ou de se faire tester afin d'interrompre la chaîne d’infections. Cela peut être fait manuellement par des employés du service de santé ou soutenu par des méthodes numériques telles que des applications. Afin d'éviter un autre verrouillage, il est nécessaire de maintenir le nombre de nouvelles infections aussi bas que le traçage des chaînes d'infection reste possible. Ensemble avec les tests à grande échelle, la recherche des contacts permet d’interrompre les chaînes d'infection et donc de réduire le nombre de nouvelles infections.

Au Luxembourg, la recherche des contacts est actuellement effectuée de manière manuelle par la Direction de la Santé. Cependant, il existe de nombreuses discussions nationales et internationales sur les avantages et les préoccupations des applications de recherche des contacts. Voici une vérification des faits sur le sujet:

Qui est testé quand?

Malheureusement, vous ne pouvez pas simplement vous rendre à une station de test et vous faire tester. Un système détermine qui est invité pour se faire tester quand. Pour les tests à grande échelle, la population est divisée en 3 catégories en fonction de leur risque d'être exposé au virus:

La catégorie 1 est spécifiquement destinée aux groupes les plus exposés au virus au travail et qui sont en contact avec de nombreuses autres personnes, ce qui peut augmenter le risque de transmission. Ce sont des groupes professionnels tels que le personnel infirmier et les médecins, les services de coiffure et de cosmétique, les policiers, le personnel des écoles préscolaires, le personnel du secteur HORESCA dès sa réouverture, etc. Cette catégorie reçoit des invitations aux tests toutes les deux semaines.

La catégorie 2 comprend les groupes qui fonctionnent déjà à nouveau normalement ou pour lesquels le blocage sera levé dans les semaines à venir. Au sein de ces groupes plus importants, de petits sous-groupes représentatifs sont testés pour le virus. Les résultats de ces sous-groupes peuvent être considérés comme un signal d'alerte précoce pour les secteurs respectifs, car ils permettent de détecter une nouvelle flambée de virus se propageant à un stade précoce. Les groupes qui sont déverrouillés peuvent être entièrement testés en même temps (puis surveillés en testant régulièrement des échantillons plus petits) ou divisés en sous-groupes sélectionnés au hasard qui sont testés sur toute la période.

Catégorie 3. Une fois que les restrictions de sortie sont complètement levées, la détection rapide d'une augmentation des infections est cruciale pour réduire le risque d'une deuxième vague pandémique. Par conséquent, des échantillons représentatifs de l'ensemble de la population luxembourgeoise, y compris les frontaliers, sont testés chaque semaine. Cela facilite la détection précoce de la poussée des infections dans certaines régions ou certains secteurs, interrompt les chaînes d'infection et contribue ainsi à réduire la propagation du SRAS-CoV-2.

Les secteurs suivants sont testés sur la base de ce concept:

A partir du 25 mai:
- Secteurs de catégorie 1: coiffure et cosmétiques, personnel de garde.
- Secteurs de catégorie 2: construction, école primaire et personnel enseignant.

À partir du 1er juin 2020:
- Secteurs de catégorie 1: personnel infirmier et médecins, officiers de police, gardiens de prison, personnel de pharmacie, personnel sectoriel d'importance systémique.
- Secteurs de catégorie 2: industrie et commerce de détail.

Cette stratégie à multiples facettes couvre tous les points potentiels auxquels la propagation du virus peut réapparaître. Il vise à permettre de tester au moins une fois une grande partie de la population luxembourgeoise, contribuant ainsi à surveiller et à maîtriser en permanence la propagation du virus. Cela permet à tous les résidents et aux frontaliers de reprendre leur vie sociale et professionnelle de la manière la plus sûre possible. Compte tenu de la dynamique de l'infection, une flexibilité est nécessaire pour pouvoir réagir rapidement aux nouveaux développements (foyers d'infection régionales ou sectorielles). En conséquence, les capacités de test peuvent être ajustées chaque semaine en fonction des circonstances.

Où auront lieu les tests?

Au total, 17 stations d'essai "Drive-In" sont réparties à travers le pays. Ils sont situés à Neudorf, Niederanven, Ersange, Frisange, Dippach, Steinfort Windhof, Steinfort P&R, Machtum, Junglinster, Schieren, Hosingen, Luxemburg-Bouillon, Kirchberg, Howald, Bascharage, Belval et Esch-sur-Alzette. De plus, des passages sont prévus à Belval, Kirchberg et dans la Rotonde près de la gare de Luxembourg-Ville. Au total, 400 personnes travailleront dans ces stations au cours des deux prochains mois et demi. Il s'agit  d'infirmiers/infirmières, du personnel de sécurité et de nettoyage, des administrateurs, des logisticiens et des coordinateurs.

Illustration 1: stations Drive-In (bleu) et Bike-In/Walk-In (vert) avec leurs capacités maximales de tests (rouge). A) Les points noirs indiquent les stations dans tous le pays. B) Zoom sur le centre et le sud.

Comment fonctionne l'examen du test?

Les citoyens et les frontaliers recevront une invitation par courrier avec un code, qu'ils pourront utiliser pour prendre un rendez-vous de test en ligne dans l'une des stations de test. A la date choisie, la personne se rend sur le site du test, où elle présente son invitation, sa carte d'identité et sa carte d'identité sociale. Un prélèvement de gorge est ensuite effectué et envoyé au laboratoire. La personne testée quitte le site de test et reçoit le résultat du test par SMS dans les deux jours. Si le résultat du test est positif, la personne sera contactée personnellement par l'Inspection Sanitaire et sera demandé de passer deux semaines à la maison en auto-isolement. De plus, un suivi des personnes avec lesquelles la personne testée positive a été en contact au cours des derniers jours est fait. Si le résultat du test est négatif, aucune autre étape n'est nécessaire. Cependant, la personne doit continuer à suivre les mesures de protection habituelles.

Le test est-il volontaire ou non?

Le test est volontaire. Mais fondamentalement, le suivant s'applique: plus il y a de personnes qui se sont tester, mieux c'est. C'est ainsi qu’un maximum de personnes infectées par le SRAS-CoV-2 peuvent être identifiées et isolées - et peuvent contribuer ainsi de manière significative au succès d'une vie normalisée compte tenu du risque de pandémie en cours.

Qui sont les partenaires du projet?

Le projet a été développé par le groupe de travail COVID-19 de Research Luxembourg et est coordonné par le Luxembourg Institute of Health. Les tests sont effectués par leur partenaire contractuel Laboratoires Réunis, soutenu logistiquement par Ecolog. 

Sans vaccination ni médicament, le virus corona sera difficile à gérer. Pourquoi faire les tests à grande échelle ont-ils quand même du sens?

Même avec des tests à grande échelle, le virus ne disparaîtra probablement pas complètement. Cependant, les tests à grande echelle nous permettent d'assouplir les mesures de manière plus sécure et de contrôler la propagation du virus. Pourtant, nous devrons probablement vivre avec le virus jusqu'à ce qu'un vaccin soit développé.

Et l'immunité collective? N'est-il pas préférable de ne pas infecter le plus de personnes possible avec le virus dès que possible?

Une telle approche, sans prendre des mesures de protection, entraînerait un grand nombre de décès en peu de temps. La mortalité à COVID-19 est actuellement estimée à environ 0,7%. En même temps, le virus est très contagieux, bien plus que, par exemple, la grippe causée par le virus Influenza. Si on laissait le virus se propager librement, de nombreuses personnes tomberaient malades en même temps et le système de santé serait surchargé (capacité des hôpitaux, etc.). En fin de compte, de nombreuses personnes mourraient en peu de temps. Les simulations supposent plusieurs milliers de décès en quelques semaines.

Des tests d'anticorps sont-ils également prévus?

L'étude CON-VINCE, dans laquelle un groupe représentatif de la population a été testé pour les anticorps, a montré qu'actuellement, seulement 2% de la population a développé des anticorps contre le virus du SRAS-CoV-2 (état du 7 mai, également appelés “séropositif”). ). Nous sommes donc encore loin de l'immunité collective, qui n'aurait été atteinte qu'à environ 60%. Si nous effectuions maintenant des tests d'anticorps à grande échelle, nous n'obtiendrions qu'un très, très grand nombre de résultats négatifs et gaspillerions ainsi une grande quantité de ressources. Les tests d'anticorps à grande échelle n'ont de sens que si environ 30% de la population a déjà été en contact avec le virus.

Est-ce que la stratégie des tests à grande échelle est un projet de recherche?

Non. Le projet des test à grande échelle mentionné est - en ce qui concerne les tests eux-mêmes - un projet d'acteurs de la recherche luxembourgeoise, mais pas un projet de recherche. Il s'agit d'une contribution à la santé publique dans laquelle les institutions de recherche publique mettent à disposition leurs connaissances et leur expertise pour accompagner les décisions politiques.

Que se passe-t-il si je ne souhaite pas me faire tester?

Rien. Le test est volontaire. Si on vous invite de vous faire tester et que vous décidez de ne pas le faire, cela ne signifie pas que vous devez rester à la maison. Cependant, il y a un concept derrière la stratégie de test (voir ci-dessus) qui offre la plus grande protection possible à tout le monde si autant de personnes que possible y participent (voir question: le test est-il volontaire ou non?)

À quoi ressemblent les contingents?

Les contingents sont alloués selon la stratégie de sortie du confinement du gouvernement. Ils sont donc définis par le gouvernement. Tout d'abord, les personnes qui sont en contact avec d’autres personnes en raison de leur travail sont testées. Progressivement, d’autres contingents seront invités pour les tests. Les contingents sont testés soit entièrement, soit en sous-groupes ou en échantillons représentatifs, selon un calendrier détaillé.

Les frontaliers, seront-ils également testés?

Les plus de 200 000 frontaliers luxembourgeois constituent une partie importante de la force de travail. Par conséquent, ils sont inclus dans les contingents correspondants et sont également invités à être testés. Les contingents dépassent donc les frontières nationales.

Les enfants sont-ils également testés?

Oui, les enfants sont inclus dans les tests à grande échelle et, comme les adultes, recoivent une invitation par courrier.

Je ne travaille pas. Serais-je invité à être testé?

Dans une première étape, la stratégie de tests à grande échelle se concentre sur la population active et les élèves. Dans une prochaine étape, des échantillons aléatoires de l'ensemble de la population sont également invités à être testés de manière régulière.

J'ai déjà été testé et mon résultat était négatif. Dois-je me faire tester à nouveau?

Oui. Le test PCR ne peut identifier les infections actuelles que dans un certain laps de temps. Vous avez peut-être été infecté sans le savoir depuis le dernier résultat du test. Vous pouvez vous faire tester à nouveau dès que vous recevez une invitation par courrier.

Il y a déja eu de ré-ouvertures sur les chantiers de construction et les élèves sont déjà de retour à l'école. Des échantillons aléatoires ont déjà été testés dans ces groupes de population. Quels étaient les résultats?

L'analyse d'un échantillon représentatif dans le secteur de la construction a montré qu'environ 2,2% des personnes testées étaient positives pour le virus. Cela correspond à environ 1000 personnes dans l'ensemble du secteur de la construction qui sont porteuses du virus. Les tests des élèves et des enseignants en dernière année d’études au cours de la semaine du 4 mai ont montré une prévalence plus faible: un total de 2336 élèves avaient été testés (ce qui correspond à environ 40% des élèves des classes terminales), dont 10 étaient positifs. Cela correspond à une prévalence (pourcentage d'infections dans le groupe testé) de 0,43%. En outre, 1 334 enseignants ont été testés, parmi lesquels il y avait une personne infectée. Cela correspond à une prévalence de 0,07%.

Je me sens malade, dois-je maintenant être examiné dans le cadre des tests à grande échelle?

Veuillez contacter votre médecin de famille ou un Centre de Soins Avancés. Pour les personnes présentant des symptômes de COVID-19, les instructions du service de santé continuent de s'appliquer. Plus d'informations peuvent être trouvées ici.[MW1] 

Je me sens en bonne santé. Dois-je quand même me faire tester?

La majorité des personnes infectées ne présentent que peu ou pas de symptômes. Ils ne savent donc pas qu'ils peuvent transmettre le virus et le transmettre. Le test PCR COVID-19 vous indique si vous êtes contagieux pour les autres. Si vous vous faites tester et suivez les instructions du service de santé dans le cas d’un résultat positif, vous contribuerez à protéger votre famille, vos amis, vos collègues et surtout les groupes à risque - et ainsi à maîtriser la propagation du virus.

J'ai déjà été testé et mon résultat était négatif. Dois-je me faire tester à nouveau?

Oui. Le test PCR ne peut identifier les infections actuelles que dans un certain laps de temps. Vous avez peut-être été infecté sans le savoir depuis le dernier résultat du test. Vous pouvez vous faire tester à nouveau dès que vous recevez une invitation par courrier.

Quand et comment puis-je me faire tester?

Vous recevrez une invitation par courrier du gouvernement en collaboration avec le Luxembourg Institute of Health à vous faire tester. Avec le code dans cette invitation, vous pouvez prendre rendez-vous dans l'une des stations de test sur le site web avant de vous rendre sur le site de test. La réception d'une lettre dépend du calendrier défini pour les tests à grande échelle et du contingent auquel vous appartenez.

Quelle est la durée de validité du code d’invitation?

Avec le code dans l'invitation, vous pouvez prendre rendez-vous dans les deux semaines suivant reception de l’invitation.

Ai-je besoin d'une prescription / assignation d'un médecin pour le test?

Non. Vous recevrez une invitation par courrier. Avec le code dans cette invitation, vous pouvez prendre rendez-vous dans l'une de nos stations de test via le site Web avant de vous rendre au test.

Mon collègue a déjà reçu une lettre, mais je ne n’ai encore rien reçu. Que devrais-je faire?

Vous n'avez rien à faire pour le moment. Toutes les personnes d'un secteur ou d'un contingent ne sont pas toujours testées en même temps. Parfois des échantillons représentatifs sont d’abord sélectionnés, et ainsi toutes les personnes ne reçoivent pas leur invitation aux tests par courrier en même temps, mais sur une période de plusieurs semaines. Soyez patient et faites-vous tester dès que vous recevez une invitation.

Que dois-je emporter lorsque je me rends à mon rendez-vous de test?

Veuillez présenter votre lettre d'invitation, votre carte d'identité ou passeport et votre carte de sécurité sociale. Il vous sera également demandé de fournir un numéro de téléphone portable lors de la réservation du rendez-vous, sur lequel vous recevrez un SMS dès que les résultats de votre test seront disponibles.

Que se passe-t-il si je ne souhaite pas me faire tester?

Rien. Le test est volontaire. Si on vous invite de vous faire tester et que vous décidez de ne pas le faire, cela ne signifie pas que vous devez rester à la maison. Cependant, il y a un concept derrière la stratégie de test (voir ci-dessus) qui offre la plus grande protection possible à tout le monde si autant de personnes que possible y participent (voir question: le test est-il volontaire ou non?)

N'y a-t-il pas un risque d'infection pendant le test?

Le personnel qui effectue les tests est formé et porte des vêtements de protection et un masque. De plus, le concept de drive-through dans la plupart des stations de test vous empêche d'entrer en contact avec d'autres personnes, car le frottis est effectué lorsque vous êtes assis dans la voiture. Le risque d'infection pendant le test est extrêmement faible.

Quand et comment puis-je obtenir mes résultats de test?

Dès que les résultats de votre test seront disponibles, vous recevrez un SMS sur le numéro de téléphone portable que vous avez spécifié lors de votre inscription. Le SMS contient un code avec lequel vous pouvez télécharger vos résultats sur un site web. Vous recevrez un SMS indépendement du résultat (positif ou négatif) dans les deux jours suivant le test. Si le résultat est positif, vous serez également contacté par les autorités sanitaires et invité à rester à la maison pendant deux semaines afin de ne pas infecter vos concitoyens.

Quelles données sont collectées lors des tests?

Lors de l'inscription au test, des données personnelles sont enregistrées, p.ex. nom, numéro de sécurité sociale, adresse et numéro de téléphone. Après analyse du frottis, un résultat de test de diagnostic est généré: positif ou négatif pour le virus SARS-CoV-2.

Que se passe-t-il avec mes données?

Les données sont obtenues auprès de laboratoires de diagnostic accrédités à l'aide de kits de diagnostic et d’examens de laboratoire. Les données obtenues sont également transmises du laboratoire de test à l'autorité sanitaire afin d'informer les sujets testés positifs. Selon la loi, les laboratoires médicaux sont tenus de signaler les maladies contagieuses à la Direction de la Santé. Les infections à SRAS-CoV-2 font partie de ces maladies à déclaration obligatoire (loi du 1er août 2018 sur la déclaration obligatoire de certaines maladies). Les laboratoires envoient donc quotidiennement via l'agence e-Sante des informations électroniques sécurisées sur les personnes testées (ex: nom, numéro d'identification national, adresse, numéro de téléphone et résultat du test). Entre autres, cela permet de contacter les cas positifs par téléphone, de les isoler et de suivre leurs contacts (suivi des contacts). Dans une déclaration de la Commission nationale pour la protection des données (CNPD) sur la crise des coronavirus du 13 mars 2020 (voir www.cnpd.lu), elle a expressément confirmé que la Direction de la Santé peut collecter et traiter ces données personnelles. De la part de la Direction de la Santé, seuls les employés de l'inspection sanitaire, qui est un service de la Direction de la Santé, ont accès aux données confidentielles.

Le gouvernement fournit des ensembles de données agrégées anonymisées aux institutions de recherche publique afin de suivre statistiquement les progrès de la pandémie et de les évaluer à des fins de recherche. Les chercheurs n'ont jamais accès aux données personnelles des personnes testées.

Mon résultat de test était positif. Que dois-je faire?

Veuillez rester à la maison pendant deux semaines et suivre les instructions données par la Direction de la Santé pour protéger les autres. Plus d'informations pour les personnes atteintes de COVID-19 peuvent être trouvées ici.

Mon résultat de test était négatif. Ne dois-je plus respecter les règles d'hygiène?

Il est important pour tout le monde - même pour les personnes ayant un résultat de test négatif - de respecter les gestes de protection habituels (distance de 2m, masque de protection, se laver les mains etc.). Ils contribuent à réduire encore davantage le risque d'infection.

Dois-je payer quelque chose ou soumettre une facture à la caisse de santé?

Non, les tests sont gratuits pour les participants. Le budget pour la réalisation des tests à grande échelle a été fourni par le Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Les coûts pouvant atteindre 39,5 millions d'euros pour l'ensemble des tests à grande échelle sont-ils justifiés?

L'impact économique du verrouillage est perceptible par mois par rapport au produit intérieur brut avec une perte moyenne d'environ 3200 EUR par habitant du Luxembourg. Les coûts de test par personne sont donc relativement faibles pour permettre un déconfinement précoce et sécure.

Auteurs: Sabine Schmitz (LCSB), Michèle Weber (FNR), Jean-Paul Bertemes (FNR)

Aussi intéréssant

Les eaux usées comme système de pré-alerte Concentration accrue d'ARN Covid-19 dans presque toutes les eaux

Les enquêtes sur l'eau montrent que le SRAS-Cov-2 est présent dans presque toutes les eaux usées et qu'il est particuliè...

Nouvelles infections de COVID-19 au Luxembourg Informations sur les simulations Covid-19 de Research Luxembourg

La deuxième vague est là. Mais quelle sera l’ampleur de cette vague ? Comment le nombre de cas va-t-il se développer au ...

IEE People Counter Un capteur 3D avec logiciel spécial Covid-19 afin de faciliter le respect des restrictions de contact dans les magasins

Combien de personnes se trouvent dans le magasin à un moment donné ? Et combien de personnes peuvent encore entrer ? Le ...

IEE

Aussi dans cette rubrique

Les eaux usées comme système de pré-alerte Concentration accrue d'ARN Covid-19 dans presque toutes les eaux

Les enquêtes sur l'eau montrent que le SRAS-Cov-2 est présent dans presque toutes les eaux usées et qu'il est particulièrement fort dans le sud du pays.

LIST
Covid-19 au Luxembourg Lutte contre le coronavirus : le LIST mène actuellement 8 projets de recherche

Le Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) mène actuellement 8 projets de recherche pour contribuer à la recherche et à la prévention de la COVID-19 au Luxembourg et à travers le monde.

Chevigne S
Opioïdes Nouvel espoir pour le traitement de la douleur et de la dépression

Des chercheurs du LIH développent une nouvelle molécule antidouleur très prometteuse pour la conception de stratégies thérapeutiques alternatives.

LIH
Pronostic des patients hospitalisés COVID-19 - Déterminer les patients à haut risque grâce à un modèle mathématique

Des chercheurs du Luxembourg et de Wuhan ont mis au point un modèle permettant de prédire assez précisément l'évolution de la maladie COVID-19. Le modèle identifie certains biomarqueurs.