(C) Monkey Business 2/Shotshop

Les noms de famille officiels, c’est-à-dire règlementés par la Loi, existent depuis près de 200 ans. Le Pr Peter Gilles et son groupe à l’Université du Luxembourg ont documenté la propagation des noms de famille luxembourgeois à travers le Grand Duché et les régions voisines afin de pouvoir tirer des enseignements sur l’histoire linguistique et l’histoire de la colonisation du « grand » Luxembourg.

Dans son travail, le groupe a élaboré le premier atlas basé sur Internet des noms de famille luxembourgeois (http://lfa.uni.lu/). Une publication des résultats sous la forme d’un registre avec des cartes de propagation et des histoires relatives à l’origine des différents noms est également prévue.

Les surnoms ont donné naissance aux noms de famille

Les noms de famille proviennent de surnoms. De tous temps, ceux-ci ont servi à distinguer les hommes portant les mêmes prénoms. Les surnoms font référence au métier, à l’origine, au domicile, au père ou à une caractéristique caractérielle ou physique de leur titulaire.

Depuis la fin du Moyen Âge, on trouve des preuves concernant l’héritage de surnoms, c’est-à-dire de leur transmission de père (plus rarement de la mère) en fils ou en fille. À partir de ce moment, on parle de nom de famille.

Les noms de famille ont été introduits pour des raisons administratives : ils simplifient le classement des personnes en fonction de leurs parents proches ou éloignés. Au Luxembourg, les noms de famille sont seulement devenus une obligation légale en 1794. Mais, après cette date, il demeure possible de constater des modifications aux noms de famille, plus particulièrement dans leur orthographe.

Les Luxembourgeois ont-ils leurs „propres“ noms de famille ?

Dans quelle mesure le Luxembourg peut-il se définir et s’identifier par l’intermédiaire des noms de famille ? Le Luxembourg a-t-il ses propres noms voire variantes de nom ?

L’écriture de nos noms en allemand standard est conditionnée historiquement. « Lorsque les noms de famille furent fixés autrefois, il s’agissait là de la principale langue écrite ; ainsi, ils ont donc été fixés en allemand standard », explique le Pr Gilles.

Il est cependant intéressant de constater que plusieurs noms sont luxembourgeois dans leur forme orale : ainsi, la version écrite de Krier correspond à la version orale Kréier ; Schroeder est Schréider. Selon le professeur,  ces variantes à la prononciation régionale s’écartant de la forme écrite existeraient également dans d’autres pays, mais pas dans cette ampleur.

« Cela démontre que la forme écrite (l’allemand standard) n’est peut-être pas la forme contemporaine pour les personnes qui prononcent le nom étant donné que certains développements du dialecte, dont a ultérieurement résulté le luxembourgeois, n’ont pas été transposés. »

Bien que de nombreux noms, souvent légèrement modifiés, soient répartis sur l’ensemble de la grande région, un nom comme par exemple Glesener constitue une exception intéressante.

Ce nom qui dérive du métier de verrier semble presque uniquement avoir été transformé en Glesener au Luxembourg. En Allemagne, il s’appelle Glaser. Le nom Nilles (provenant de Cornelius) s’est en revanche propagé jusqu’en Rhénanie-Palatinat et présente dès lors une zone commune en matière de propagation historique.

Auteur: Liza Glesener

Photo: ©Monkey Business 2/Shotshop.com

 

Histoire contemporaine Une archive de la pandémie de la COVID-19 au Luxembourg

Au Luxembourg Centre for Contemporary and Digital History (C²DH) (à gauche), Stefan Krebs et son équipe collectionnent d...

TEDxUniversityofLuxembourg Ce que l’on sait et, surtout, ce que l’on ne sait pas du château de Larochette

Marleen de Kramer se consacre à la reconstitution de châteaux forts. Dans le cadre de cet objectif, elle est confrontée ...

PISA Summerchallenge 2019 Liewe wéi an der Steenzäit

Wéi hunn d'Mënsche virun 8000 Joer am haitege Lëtzebuerg gelieft? Wéi eng Spueren hu si eis iwwerliwwert? D'Pisa Team wa...

FNR

Aussi dans cette rubrique

Covid-19 et bien-être Anxiété, stress, solitude : quelles sont les répercussions de l’isolement social sur la population ?

Depuis le premier confinement, des chercheurs de l’Université du Luxembourg étudient l’impact psychologique des restrictions liées à la pandémie.

Enquête par rapport à la Covid-19 Comment les jeunes vivaient les restrictions liées à la pandémie au Luxembourg après la première vague

Même si les jeunes sont particulièrement touchés par les mesures visant à endiguer la Covid-19, les règles ont été largement acceptées lors de la première vague de 2020, comme le montre une enquête.

Coronavirus
Infections dues au COVID-19 Un modèle pour étudier l’effet des politiques de confinement

Quelles politiques de confinement sont les plus efficaces pour contenir le virus ? Pour répondre à cette question, des chercheurs du LISER & IZA évaluent les effets de ces politiques dans 135 pays.

Coronavirus
L’épidémiologie et l’économie Une analyse épidémionomique de la crise du Covid-19 au Luxembourg

Des chercheurs ont développé un nouveau modèle qui relie les aspects économiques et épidémiologiques de la crise Covid-19, afin de chiffrer et anticiper les effets sur la santé publique et l'économie