Conny Roob et Nathalie Keipes

© Uwe Hentschel

Conny Roob et Nathalie Keipes du Service de la jeunesse apprécient la collaboration avec les chercheurs.

« Nous avons besoin de faits plutôt que d’intuition » – pour Conny Roob, cette citation de Claude Meisch, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse, résume l’essentiel. « Nous savons pertinemment que la politique ne sera jamais basée uniquement sur du savoir », déclare Conny Roob. « Mais nous voulons montrer que les informations qui sont scientifiquement fondées ont un intérêt en matière de politique de la jeunesse ».

Conny Roob travaille au Service de la jeunesse du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse. Plus tôt dans sa carrière, cette pédagogue a elle-même été scientifique à l’Université du Luxembourg, après quoi elle est entrée au ministère, où elle s'occupe maintenant de la politique jeunesse sous la houlette de Nathalie Keipes. Un domaine dans lequel le ministère et le monde scientifique entretiennent des liens étroits depuis longtemps déjà.

Savoir comment les jeunes pensent et agissent

Le meilleur exemple de cette collaboration est le Rapport national sur la situation de la jeunesse au Luxembourg de 2015. Ce rapport est l'aboutissement de trois ans d'un travail scientifique intense mené par l’unité de recherche INSIDE (Integrative Research Unit on Social and Individual Development) à l’Université du Luxembourg. Son contenu principal est une analyse complète de la transition de l’adolescence à l’âge adulte. En commandant ce rapport, l’objectif du ministère de l’Éducation nationale, de l’Enfance et de la Jeunesse était de savoir comment les jeunes pensent et agissent. 

« Nous voyons ce rapport comme la voix des jeunes à prendre en compte dans la recherche », explique la pédagogue. « Pour nous, ce qui compte, ce n’est pas seulement d'analyser et évaluer les mesures financées par l’État, mais de savoir quelle est la place des jeunes dedans » affirme Roob Conny. Et par « nous », elle désigne aussi bien les membres de l’unité de recherche INSIDE que le Service de la jeunesse. Le rapport sur la jeunesse constitue donc la base du Plan d'action national de la jeunesse 2017-2020 dans lequel sont définies les stratégies du gouvernement pour l’emploi des jeunes. 

La collaboration demande un processus de concertation

La loi sur la jeunesse prévoit la présentation d'un rapport sur la jeunesse tous les cinq ans. Mais pour qu’un tel rapport couvre aussi les problématiques qui revêtent de l’importance pour les décisions politiques, un haut niveau de concertation est nécessaire. C’est pourquoi les travaux scientifiques ont été dirigés par un groupe de pilotage qui réunissait à la fois des représentants du ministère et de l’Université. Qui plus est, afin d’apporter une aide sur les questions scientifiques et à des fins d'assurance qualité, un comité consultatif scientifique a été convoqué également.

Derrière la collaboration se cache donc un énorme processus de concertation, qui explique aussi pourquoi cet échange est certes souhaitable, mais n’a absolument rien d'évident. Dans le cas du Service de la jeunesse, selon Conny Roob le succès tient avant tout au fait que des recherches basées sur les politiques européennes en matière de jeunesse sont menées au Luxembourg depuis les années 90 déjà. Et avec la fondation de l’Université, ce domaine de recherche a ensuite été intégré. 

La recherche n'a pas vocation à dicter la politique

Pour la pédagogue, qui connaît les deux côtés en raison de son activité précédente, l'échange avec le monde de la recherche est bénéfique dans tous les cas. « Les chercheurs ne peuvent pas dicter de politique, et ce n’est pas non plus leur mission », précise-t-elle. « Et nous savons aussi que la politique a souvent besoin de réponses rapides que la science n’est pas en mesure d'apporter aussi rapidement » ajoute-t-elle. Malgré tout, les analyses et connaissances scientifiques sont une base importante pour le ministère et les décideurs, estime Conny Roob. « En effet, c’est le seul moyen pour nous de savoir vraiment là où le bât blesse au sein de la jeunesse ».

Auteur: Uwe Hentschel

Photo: Uwe Hentschel

Aussi intéréssant

Evidence based policy making Le Parlement luxembourgeois crée un service scientifique pour les députés

Les députés sont souvent appelés à voter sur des questions très complexes qui nécessitent une expertise scientifique. Le...

FNR PEARL Chair Louis Chauvel Les inégalités sociales menacent le futur des démocraties

Dans l’après-guerre, les démocraties occidentales ont prospéré à la faveur d’une classe moyenne stable. Mais le développ...

Europeday 2 researchers' opinions about "Europe Day" and the EU in general

Populist parties on the rise and the United Kingdom about to leave the European Union; yet a political scientist and an ...

Aussi dans cette rubrique

Exposition Légionnaires Des héros de guerre et des perdants de la société : un regard derrière le mythe de la Légion étrangère

Jusqu'à la fin du mois de novembre, une exposition au Musée Dräi Eechelen est consacrée à l'histoire des légionnaires étrangers du Luxembourg.

« A Colônia Luxemburguesa » Aidez à reconstruire notre histoire industrielle!

Partagez vos témoignages, archives et documents privés pour un projet transmédia qui nous invite à découvrir un siècle de patrimoines industriel, culturel et social communs.

Covid-19 et bien-être Anxiété, stress, solitude : quelles sont les répercussions de l’isolement social sur la population ?

Depuis le premier confinement, des chercheurs de l’Université du Luxembourg étudient l’impact psychologique des restrictions liées à la pandémie.

Enquête par rapport à la Covid-19 Comment les jeunes vivaient les restrictions liées à la pandémie au Luxembourg après la première vague

Même si les jeunes sont particulièrement touchés par les mesures visant à endiguer la Covid-19, les règles ont été largement acceptées lors de la première vague de 2020, comme le montre une enquête.